•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins saskatchewanais frustrés par le ralentissement des soins de santé

Trois médecins, vêtus de masque, regardent la caméra.

Selon la docteure Andrea Lavoie (en avant-plan), les professionnels de la santé sont frustrés et fatigués de la situation actuelle dans le réseau de la santé, mais feront tout leur possible pour administrer les soins de santé urgents à ceux et celles dans le besoin.

Photo : Radio-Canada / fournie par Andrea Lavoie

Radio-Canada

Des médecins spécialistes de la Saskatchewan se disent frustrés à cause du délestage de nombreux traitements en raison de la hausse du nombre d'hospitalisations liées à la COVID-19.

L'Autorité de la santé de la Saskatchewan a envoyé aux médecins spécialistes une liste des traitements qui seront reportés ou annulés, notamment les soins à domicile, la réadaptation, les consultations concernant le diabète et les opérations chirurgicales neurologiques et au cerveau.

Un neurologue et un cardiologue interviewés par CBC ont fourni des détails sur l'effet des changements pour leurs patients. Les opérations visant à prévenir les anévrismes, par exemple, sont reportées.

De plus, les cardiologues se sont fait dire d’annuler la moitié de toutes les épreuves d'efforts cardiaques, les angiogrammes et les examens diagnostiques.

Nous sommes frustrés, fatigués, effrayés.

Une citation de :Andrea Lavoie, cardiologue de Regina

Les besoins non urgents de centaines de Saskatchewanais sont reportés indéfiniment. Les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont deux des principales causes de décès dans la province. Une grande partie des soins qui sont délestés préviennent ou identifient des problèmes majeurs.

Nous compatissons avec nos patients. Ils se sentent peut-être abandonnés.

Une citation de :Brett Graham, neurologue de Saskatoon
Le Dr Brett Graham sourit à la caméra.

Le neurologue de Saskatoon Brett Graham affirme que ceux qui ont besoin de soins de santé urgents les recevront, mais, pour une dizaine de ses patients, les chirurgies seront reportées ou annulées en raison de la hausse du nombre d' hospitalisations en lien avec la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Jason Warick

Le Dr Brett Graham croit que l’augmentation subite du nombre de cas de COVID-19 a aussi une incidence sur l’endroit où les patients sont installés.

Les patients dans un état critique ont encore des lits dans les hôpitaux de Saskatoon et de Regina, mais d’autres qui sont à Yorkton, à North Battleford ou dans d’autres petites communautés, doivent rester chez eux.

Certaines personnes, qui seraient normalement admises à l’hôpital, sont sous la supervision du personnel de soins à domicile.

Mercredi, l’Autorité de la santé de la Saskatchewan a déclaré que des patients adultes atteints du coronavirus occupent des lits à l’Hôpital pour enfants Jim-Pattison.

La plupart des personnes actuellement hospitalisées en raison du coronavirus n’ont pas été vaccinées et contribuent à l'achalandage dans les unités de soins intensifs de la province.

Tristesse et frustration

Selon la Dre Lavoie et le Dr Graham, le personnel des soins de santé travaille jour et nuit pour fournir les meilleurs soins possibles à tous les patients, mais non sans éprouver de la tristesse et de la frustration.

Ils rappellent que, pendant des semaines, des professionnels de la santé, des universitaires, des scientifiques, des experts en modélisation statistique, des dirigeants municipaux et d'autres intervenants ont signalé que la quatrième vague de la pandémie était causée par le variant Delta.

L’Association médicale de la Saskatchewan, le Syndicat des infirmières de la Saskatchewan et les médecins hygiénistes du gouvernement ont réclamé le port du masque à l’intérieur et le passeport vaccinal.

Selon les médecins, la situation pourrait empirer au cours des prochaines semaines avant que ces nouvelles mesures sanitaires ne prennent effet.

Les personnes opposées au masque et au vaccin se sont mobilisées à maintes reprises au cours des derniers mois pour défendre leurs libertés et leurs droits individuels. Le premier ministre, Scott Moe, et le ministre de la Santé, Paul Merriman, ont encouragé la populatio à agir de façon sécuritaire, mais ont rejeté les demandes d'imposer de nouvelles ordonnances sanitaires.

Des services en soins de santé qui sont délestés : 

  • Soins primaires : information sur le diabète, conseils en santé, prise en charge des maladies chroniques
  • Soins à domicile : information, thérapies, soins des pieds, soins des plaies, soutien infirmier
  • Santé de la population et de la santé publique : programmes de santé dentaire, promotion de la santé, cliniques de santé sexuelle
  • Services de réadaptation
  • Services cardiaques et neurologiques : cliniques externes, notamment les cliniques de fonction cardiaque et de prévention des accidents vasculaires cérébraux, épreuves d'efforts cardiaques, laboratoire de fonction pulmonaire
  • Services de maternité et d’enfants en consultation externe : centre de santé des femmes, patients externes pédiatriques
  • Services gériatriques
  • Services de dermatologie
  • Soins ambulatoires : centre oculaire, interventions chirurgicales mineures, cystoscopie, endoscopie

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC, mais un porte-parole a affirmé par courriel que cette liste pourrait être changée ou modifiée au besoin. Il a déclaré que tous les cas de cancer et les cas urgents seraient traités de façon prioritaire.

D’après les informations de Jason Warick

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !