•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le taux de vaccination à l’Université d’Ottawa frôle les 98 %, selon le recteur

Affiche sur laquelle il est écrit "uOttawa".

La grande majorité des étudiants de l'Université d'Ottawa sont vaccinés, selon le recteur.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Hamelin

La rentrée sur le campus de l'Université d'Ottawa, avec la vaccination obligatoire, se déroule bien, alors que la grande majorité des étudiants sont vaccinés, selon le recteur.

En août, l'établissement d'enseignement supérieur a annoncé que tous les étudiants, professeurs et employés qui retourneront en personne sur le campus de l’Université d’Ottawa devront obligatoirement avoir été vaccinés contre la COVID-19.

Les règles de distanciation et de masque sont maintenues, même si on atteint des taux de vaccination très satisfaisants, a dit M. Frémont, en marge d'une allocution qu'il a donnée comme conférencier invité au petit-déjeuner du maire d'Ottawa, une série de rendez-vous présentée par la Chambre de commerce d'Ottawa et le Ottawa Business Journal.

En ce moment, près de 40 % des cours se déroulent en salle de classe et le reste se fait à distance. Selon le recteur Jacques Frémont, les élèves se présentent sur le campus en moyenne deux jours par semaine.

M. Frémont lit une allocution, devant un lutrin.

Jacques Frémont était conférencier d'honneur aux petits-déjeuners du maire d'Ottawa, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

On a 91 % à peu près du campus, étudiants et employés, qui ont les deux vaccins, les deux doses, précise-t-il. Et si on additionne ceux qui ont une dose, qui sont en attente d'une deuxième dose, on monte légèrement au-dessus de 98 %. Donc, pour nous, c'est remarquable. C'est une très bonne nouvelle, mais on doit travailler fort pour être sûr que tout le monde est là où il se doit et que le campus est véritablement sécuritaire.

Le recteur estime que le retour sur le campus est une bénédiction pour plusieurs, autant employé qu'étudiant. D'autre part, il assure que la quasi-totalité du personnel et des étudiants sont complètement vaccinés et qu'ils ont soumis les informations confirmant leur statut vaccinal.

Selon la progression de la quatrième vague, le pourcentage de cours en classe sur le campus pourrait être augmenté à la session d'hiver, souligne le recteur de l'université d'Ottawa.

On doit être prudent, ajoute M. Frémont. La quatrième vague, on ne sait pas s’il y aura une cinquième vague. Alors que nous, la sécurité, c'est la règle numéro un. Les plans pour l'hiver, c'est qu'on va augmenter le présentiel. Quel pourcentage? On va voir. Mais ce qui est important, c'est que les jeunes puissent se réunir et être entre eux pour travailler, avoir une vie sur le campus. Alors, avec un ou deux jours présents sur le campus par semaine, ça suffit pour leur donner cette vie et cette impulsion.

Du côté du corps enseignant, on anticipe déjà le stress qui peut être vécu au moment du retour sur le campus, comme l'explique le vice-président de l'Association des professeurs de l'Université d'Ottawa (APUO), Daniel Paré, par ailleurs professeur agrégé au département de communication.

Tous les membres de l’APUO ont hâte à un retour à l’enseignement en présentiel. Depuis le début de la pandémie, on a surmonté des défis importants pour s’adapter à l’enseignement en virtuel, rappelle M. Paré.

On sait très bien que plusieurs membres craignent ce retour sur le campus et on sait qu’il va y avoir beaucoup de besoins quand ce retour sera mis en œuvre, poursuit le professeur, qui souligne que l'APUO demande à l’administration centrale de mettre en place des mesures pour répondre aux besoins de santé physique et mentale de l'ensemble des membres de la communauté.

Liberté académique : comme la prunelle de nos yeux

Le recteur de l’Université d’Ottawa en a profité pour offrir une mise à jour sur le rapport attendu du comité mené par l’ancien juge de la Cour suprême du Canada, Michel Bastarache.

Le rapport, d'abord prévu pour la fin de l'été, devrait être rendu public cet automne, selon M. Frémont.

En mars, le recteur a fait appel à M. Bastarache pour mener un groupe de réflexion qui se penchera sur les leçons à tirer des incidents au sujet du traitement réservé aux professeurs Verushka Lieutenant-Duval et Amir Attaran.

M. Bastarache, qui a siégé au plus haut tribunal du pays, avait le mandat d'aller à la rencontre de la communauté universitaire pour obtenir son point de vue sur les récentes controverses entourant l'Université d'Ottawa.

Le recteur de l'université avait été la cible de critiques au sujet du traitement qu'il a réservé à ses professeurs Verushka Lieutenant-Duval et Amir Attaran. M. Frémont avait condamné l'utilisation du mot commençant par la lettre n par Mme Lieutenant-Duval, dans le cadre pédagogique d'un de ses cours, alors qu'il n'a pas condamné les insultes anti-québécoises de M. Attaran sur Twitter.

La liberté académique est au cœur des valeurs de toutes les universités, mais notamment de mon université, l'Université d'Ottawa, a dit M. Frémont, jeudi. Et il est extrêmement important de protéger cette liberté académique comme la prunelle de nos yeux.

Et c'est ce que nous faisons et nous travaillons beaucoup avec ce milieu. Et là, on va attendre de voir ce que les différents rapports nous enseignent là-dessus. Mais il y a eu des conversations très fructueuses autour de l'équipe de ce rapport-là et j'ai hâte de voir ce que ça va donner, conclut le recteur.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !