•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maladies respiratoires autres que la COVID-19 reviennent en force cet automne

Une main prend un mouchoir dans une boîte.

Il est difficile de prévoir le type de saison grippale qui attend le Canada cette année.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Les experts en santé remarquent qu'avec l'assouplissement des mesures de santé publique dans de nombreux lieux ainsi que l'augmentation du nombre de voyageurs, certains virus respiratoires réapparaissent cet automne.

Le Dr Zain Chagla, médecin spécialiste des maladies infectieuses et professeur agrégé à l'Université McMaster, à Hamilton, indique que les virus respiratoires courants comme l'entérovirus et le rhinovirus — qui cause le rhume — ont connu de faibles taux de transmission l'hiver dernier en raison de la distance physique et du port du masque. Ils ont toutefois recommencé à circuler plus largement au cours de l'été.

Nous avons complètement modifié la saisonnalité de ces virus et les avons réintroduits dans la population, déclare le Dr Chagla.

Nous observons des schémas de maladie très atypiques que nous n'avons jamais vus auparavant.

Une citation de :Le Dr Zain Chagla, médecin spécialiste des maladies infectieuses et professeur agrégé, Université McMaster, Hamilton

Cela signifie qu'il faut garder un œil sur le retour de certaines maladies anciennes et familières.

Retour du rhume, du para-influenza et de la grippe

Avec le retour des enfants à l'école, il faut s’attendre à voir encore plus d'entérovirus et de rhinovirus dans les semaines à venir, selon le Dr Chagla.

Le para-influenza, qu'il décrit comme un cousin de la grippe, est réapparu dans certaines régions du Canada en juillet et en août. Le para-influenza est causé par un virus différent, mais les symptômes sont similaires à ceux de la grippe, notamment la fièvre, la toux et le mal de gorge.

En ce qui concerne la grippe elle-même, le Dr Chagla souligne qu'il est difficile de prévoir le type de saison grippale qui attend le Canada. L'année dernière, la saison de la grippe a été presque inexistante grâce aux mesures contre la COVID-19.

Le Dr Zaid Chagla dans un bureau.

Le Dr Zain Chagla, médecin spécialiste des maladies infectieuses, recommande également de se faire vacciner contre la grippe une fois le vaccin disponible pour éviter de surcharger le système de santé.

Photo : CBC/Craig Chivers

Le Canada a généralement un aperçu de la saison de la grippe à venir en observant l'Australie et la Nouvelle-Zélande pendant l'hiver. Mais ces pays ont connu une faible activité grippale cette année encore, probablement en raison des mesures sanitaires contre la COVID-19.

Des endroits comme l'Asie, l'Afrique subsaharienne et l'Amérique du Sud ont connu une plus grande transmission de la grippe au cours des derniers mois, rappelle le Dr Chagla. Ce qui signifie que le Canada verra probablement plus de grippes cette année aussi, mais peut-être pas à des niveaux prépandémiques.

Le VRS, une préoccupation pour les jeunes enfants

Le VRS, ou virus respiratoire syncytial, est un autre virus qui fait un retour en force, selon cet expert.

Il s'agit certainement d'un virus pour lequel les parents doivent rester vigilants, car il peut entraîner l'hospitalisation des jeunes enfants, explique-t-il.

Une respiration sifflante, une léthargie, une toux persistante ou des difficultés respiratoires sont autant de signes indiquant qu'un traitement médical est nécessaire.

Un enfant malade se fait prendre la température à l'aide d'un thermomètre buccal.

Le virus respiratoire syncytial est un virus pour lequel les parents doivent rester vigilants, car il peut entraîner l'hospitalisation des tout-petits.

Photo : iStock

Pascal Lavoie, pédiatre et clinicien-chercheur au B.C. Children's Hospital Research Institute, à Vancouver, indique que le VRS est l'un des virus les plus graves pour les nourrissons vulnérables.

Le pédiatre ajoute que les cas sont en hausse dans l'est du Canada et aux États-Unis. Le manque d'exposition au virus au cours de la dernière année est aussi une source de préoccupation, ajoute-t-il.

Les gens demandent souvent si notre système immunitaire est plus faible. Il n'est pas plus faible, il n'est simplement pas aussi bien préparé à combattre ces virus, précise-t-il. Sur cette base, nous prévoyons que l'hiver sera difficile.

Selon le Dr Lavoie, une bonne hygiène des mains et d'autres mesures de protection contre la COVID-19 aideront à se prémunir contre le VRS en attendant de voir à quel point il se répand au Canada.

Les choses vont se stabiliser à nouveau, mais comme nous entrons dans cette transition, je pense que les gens doivent être vigilants, affirme le pédiatre.

Lavez-vous les mains et restez chez vous si vous êtes malade

Contrairement à la COVID-19, il est assez courant d'attraper des entérovirus et des rhinovirus par contact avec des surfaces. L'hygiène des mains est donc plus importante que jamais, souligne le Dr Chagla.

Si vous attrapez un rhume, l’expert conseille de rester à la maison, d'attendre que les symptômes se calment et de faire un test de dépistage de la COVID-19 en cas de fièvre et de symptômes respiratoires.

Une femme se mouche.

La meilleure façon d'éviter le rhume est de se laver les mains fréquemment.

Photo : iStock / tetmc

Pour éviter de surcharger le système de santé, il recommande également de se faire vacciner contre la grippe une fois le vaccin disponible. Il ajoute que même ceux qui ne sont pas aussi vulnérables voudront probablement éviter les tests et l'isolement qui accompagnent les maladies respiratoires pendant la pandémie.

La grippe est non seulement une infection grave pour certains, mais aussi ennuyeuse pour d'autres dans le contexte de la COVID-19, souligne-t-il.

La plupart des causes des infections des voies respiratoires sont virales, mais les infections bactériennes nécessitent des antibiotiques, précise-t-il. Une maladie prolongée peut être le signe qu'une visite chez le médecin est nécessaire. Si les symptômes persistent pendant une semaine ou plus, ou s'ils continuent à s'aggraver, il est peut-être temps de passer une radiographie pulmonaire, ajoute le Dr Chagla...

D'après les informations de CBC Radio

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !