•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La concrétisation des promesses libérales en matière de logement est attendue

Une pancarte où il est inscrit «vendu» devant une maison.

Selon un représentant de Royal LePage, la société immobilière prévoit une croissance de 9 % du prix des maisons à Vancouver pour 2021.

Photo : CBC/Ben Nelms

Radio-Canada

La mise en oeuvre des promesses électorales du Parti libéral en matière de logement aiderait à atténuer la crise qui secoue le marché immobilier, croient des experts au lendemain de l'élection fédérale.

Il y a beaucoup d’idées chez les libéraux et j’ai hâte de les voir se concrétiser, dit Paul Kershaw, fondateur et chercheur principal de Generation Squeeze, un groupe qui se veut le porte-voix des jeunes Canadiens.

Il cite l'exemple des promesses entourant les rénovictions, les mesures pour faciliter l’accession à la propriété et l’interdiction pour les investisseurs étrangers d’acheter des propriétés résidentielles au Canada dans les deux années à venir.

Paul Kershaw s’inquiète toutefois de l’absence de mesures visant à rendre les logements abordables. Nous nous trouvons actuellement dans un ascenseur où les prix des maisons augmentent rapidement. À moins de freiner cet ascenseur, les politiciens ne parviendront pas à restaurer l’abordabilité,

Selon ses recherches, dans les années 1970, une jeune personne devait travailler en moyenne 5 ans à temps plein afin d'épargner suffisamment d’argent pour faire un versement initial sur l’achat d’une propriété dans le Grand Vancouver. Aujourd’hui, cette même personne devra épargner pendant 28 ans.

Maison à vendre, avec l'affiche devant.

Des analystes prédisent que les loyers vont encore augmenter dans le Grand Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Julie Landry

L’une des solutions avancées par les experts est de saturer le marché avec plus d'offres afin de rattraper la cadence de la demande et, ainsi, de modérer les prix.

Ce que nous observons est le résultat de nombreuses années d’offre insuffisante, estime le vice-président des relations gouvernementales de l’association des agents immobiliers de la Colombie-Britannique, Trevor Hargreaves.

Des politiques d’immigration soutenues font en sorte que 400 000 nouveaux arrivants cherchent un logement chaque année, souligne Trevor Hargreaves. Or, il n'existe pas de programme à l'échelle nationale pour loger ces personnes.

Tom Davidoff, un expert de l’immobilier à l’école Sauder School of Business de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) ne voit dans aucune des plateformes électorales des mesures qui bouleverseront les prix des propriétés résidentielles au Canada.

Les libéraux veulent trouver des moyens pour aider les premiers acheteurs. Malheureusement, quand on aide les premiers acheteurs, on pousse les prix des maisons vers le haut.

Avec les informations de Tanya Fletcher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !