•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour de 2 infirmières à Roberval ne règle pas la crise selon la FIQ

Une infirmière se penche sur un patient de la COVID-19 à l'hôpital.

Au total, neuf infirmières ont démissionné à l'hôpital de Roberval, mais deux ont décidé de revenir sur leur décision.

Photo : Getty Images / Mario Tama

Radio-Canada

La présidente régionale par intérim de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Julie Boivin, ne croit pas que d’autres infirmières démissionnaires de l’hôpital de Roberval reprendront le travail, même si deux d’entre elles ont fait ce choix.

Je ne pense pas que l’hémorragie soit stoppée, a-t-elle confié en entrevue à l’émission C’est jamais pareil en faisant référence au réseau régional.

Elle indique que les gestionnaires et le syndicat ont réussi à accrocher ces personnes avec de l’espoir. Il y a des gens qui ont ouvert leurs oreilles et qui ont trouvé des solutions pour ces deux personnes. Il faudrait que ça se fasse à la grandeur du réseau de la santé, implore-t-elle. Les gens, il faut comprendre qu’ils ont des limites et quand elles sont atteintes, il faut les respecter.

On a pu leur organiser quelque chose qui avait de l’allure en attendant que le reste arrive, mais le reste, va falloir qu’il arrive.

Une citation de :Julie Boivin, présidente régionale par intérim, FIQ

Julie Boivin plaide pour une gestion plus décentralisée de façon à faciliter les prises de décisions

On a réussi à colmater une grosse fuite, mais il faut un changement drastique, revenir à ce que c’était avant. Ce n’est peut-être pas de tout détruire, mais il faut redonner le pouvoir à chacune des installations.

Le plan de Legault pour le réseau

Elle confie avoir énormément d’attentes face au plan qui sera annoncé par le gouvernement Legault jeudi après-midi concernant la rétention et le recrutement du personnel de la santé.

Il faut que le ministre nous annonce que le temps supplémentaire comme mode de gestion, c’est terminé, et que la culture de gestion inhumaine basée sur la menace et la contrainte, c’est terminé.

Une citation de :Julie Boivin, présidente régionale par intérim, FIQ

Elle souhaite des changements de taille pour ramener le bateau à flot.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !