•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Preuve vaccinale et masque : la police a dû intervenir

La serveuse Kirsten Craig transporte des bières sur un cabaret.

Alors que les employés en restauration sont difficiles à garder, ils font aussi face à des commentaires ou des insultes de certains clients. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Radio-Canada

Depuis mercredi, la preuve vaccinale et le port du masque sont obligatoires pour s'offrir un repas au restaurant au Nouveau-Brunswick. Des entrepreneurs subissent les contrecoups et la police a dû être appelée dans au moins un cas.

Vicki Wallace-Godbout est propriétaire de plusieurs stations-service et de restaurants dans la région d’Edmundston et une station d'essence à Moncton. Selon elle, en général l'implantation des nouvelles mesures se passe bien. Les gens apportent leur preuve vaccinale et peuvent manger sur place. Quelques personnes l’ont oubliée et ont été obligées de retourner à la maison.

Ce ne sont cependant pas toutes les personnes qui agissent de manière cordiale. Des employés de la femme d’affaires ont dû appeler la police mercredi soir dans l’un de ses cafés.

J’ai des employés qui ont eu des difficultés par rapport à la demande du port de masque. Ça m’a étonnée parce que je m’attendais à avoir plus de résistance concernant le passeport vaccinal, a expliqué Mme Wallace-Godbout.

Malheureusement, cette nuit, on a demandé l’assistance de quatre GRC pour une personne qui n’était pas vaccinée et qui était pas mal agressive. Les employés sont secoués ce matin

Une citation de :Vicki Wallace-Godbout, entrepreneure
Vicky Wallace Godbout est membre de la première nation Malécite du Madawaska et copropriétaire du Edmundston truck stop.

Vicki Wallace-Godbout se désole de la résistance de certaines personnes.

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

La femme d’affaires rappelle d’ailleurs que ces directives ne proviennent pas de son entreprise, mais bien du gouvernement. Elle invite donc la population à être courtoise avec ses employés.

C’est difficile en tant qu’entrepreneur parce qu’on a une pénurie de main-d'œuvre. On veut garder nos employés. On se dit que nos employés n’ont pas besoin de passer à travers cette frustration-là. On aimerait bien que les gens collaborent et qu’ils comprennent que ces règles sont mises en place par le gouvernement, a indiqué Mme Godbout.

Même son de cloche pour Joannie Doiron Robichaud, propriétaire d’une franchise de restauration spécialisée dans les déjeuners à Dieppe.

L’important, c’est de rappeler aux gens que ce n’est pas notre décision. On suit seulement les règles établies par la province. Il faut rester positif envers les employés et les encourager. Bon, regarde, on est tous dans le même bateau.

Une citation de :Joannie Doiron Robichaud, propriétaire d'un restaurant à Dieppe

Tous les clients qui se sont présentés à son restaurant de Dieppe mercredi avaient leur preuve d’identité et de vaccin. À l’exception de quelques commentaires, ça s’est bien déroulé, selon la femme d’affaires.

La journée de mercredi a toutefois été moins achalandée qu’à la normale.

Je ne m'affole pas tout de suite. Tout ce qui est un ajustement, ça prend toujours quelques jours. Ç’a été la même chose avec le port du masque obligatoire, a indiqué Mme Robichaud.

Contrairement au Québec, le Nouveau-Brunswick n’a pas encore d’application de vérification du statut vaccinal d’une personne. Le processus de vérification peut donc prendre du temps et entraîner de la congestion à l’entrée d’un restaurant.

C’est fou à dire, mais juste le temps de déplier la feuille, de montrer la feuille, de voir le nom et qu’on regarde une pièce d’identité, c’est du temps. Donc, ça amène à avoir besoin d’un employé de plus le samedi et le dimanche seulement pour le passeport vaccinal, a indiqué l’entrepreneure de Dieppe.

Le gouvernement provincial a avancé qu’un système de code QR devrait être disponible d’ici un mois.

Avec les informations de l'émission La Matinale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !