•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection de l’enfance : un roulement de personnel suscite des inquiétudes à l’Î.-P.-É.

Un bambin est accroupi dans un terrain vert.

Les Services de protection des l'enfance de l'Île-du-Prince-Édouard peinent à retenir du personnel.

Photo : iStock

Un roulement important de personnel aux Services de protection de l’enfance de l’Île-du-Prince-Édouard inquiète des membres de l’opposition. La direction des services assure néanmoins que l’assistance offerte aux enfants à risque n’est pas compromise, malgré les difficultés de retenir du personnel.

Ces préoccupations ont été présentées au comité législatif sur la santé et le développement social, à l’Assemblée législative de l'île, mercredi.

Kelly Peck.

Kelly Peck, directrice des Services de protection de l'enfance de l'Île-du-Prince-Édouard, a fait un bilan des travaux de son secteur.

Photo :  CBC / Steve Bruce

La directrice des Services de protection de l’enfance de la province, Kelly Peck, a reconnu l’existence d’un fort roulement de personnel au sein de ce secteur.

Le porte-parole libéral en matière de santé et de développement social, Robert Henderson, se dit inquiet de la capacité du service à gérer la charge de travail.

Cela soulève des questions quant à votre capacité [des Services de protection de l’enfance] à fournir des services et à protéger les enfants dans cette province à la hauteur des normes qui seraient requises.

Une citation de :Robert Henderson, porte-parole libéral en matière de santé et de développement social

La direction des services a déclaré que la division de protection de l'enfance a reçu plus de 3800 signalements liés à des enfants en situation de vulnérabilité au cours de l’exercice 2020-2021.

Selon Kelly Peck, plus de 2100 enquêtes ont été menées.

Le service a identifié 704 enfants qui étaient à un certain niveau de risque dans ces enquêtes, et 176 ont été retirés de leur foyer, soit volontairement, soit par ordonnance du tribunal.

Robert Henderson, ministre de la Santé et du Mieux-être de l'Île-du-Prince-Édouard

Robert Henderson craint que les enfants de l'île ne soient pas adéquatement protégés.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Malgré la forte demande, Kelly Peck ne croit pas que les services fournis aux enfants et aux familles aient été de moindre qualité.

Je pense que cela a un impact sur le personnel qui travaille probablement plus d’heures qu’il ne le ferait normalement lorsqu’on manque de personnel.

Une citation de :Kelly Peck, directrice des Services de protection de l'enfance de l'Île-du-Prince-Édouard

Elle ajoute qu'il y a 72 postes de travailleurs sociaux au sein de son service et qu’il n’y a actuellement que trois postes vacants, dont deux sont en voie d’être pourvus.

Les difficultés de rétention

La directrice des Services de protection à l’enfance a déclaré que les difficultés dans la carrière, notamment le contact avec des réalités très difficiles, découragent certains professionnels nouvellement sortis de l’université. Ce n’est pas un travail pour tout le monde !, ajoute-t-elle.

Selon Kelly Peck, les horaires de travail inhabituels pourraient aussi représenter une embûche pour certains travailleurs sociaux.

La directrice explique qu’il est particulièrement difficile de trouver et de retenir du personnel dans les régions rurales.

En général, les professionnels ne résident pas dans la région et la conciliation travail-famille se fait plus difficilement avec les longues distances, explique Kelly Peck.

Elle précise que ces employés demandent très souvent un changement de bureau vers une autre région plus proche de leur résidence.

La région de O’Leary est l'une des régions rurales où il est plus difficile de retenir du personnel pour longtemps, selon Kelly Peck.

Les recommandations du comité

L’équipe du comité consultatif qui vise à mettre à jour la Loi sur la protection de l’enfance a également participé à la rencontre à l’Assemblée législative.

Un rapport présenté par ce comité a indiqué 99 recommandations sur la matière.

Le document recommande que la province soit à l'écoute des préoccupations du personnel déjà en poste afin de pallier le problème de roulement.

L’équipe a aussi recommandé la création d’un programme d’études en travail social à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard afin de former davantage de professionnels.

L’université a déclaré que la province avait eu des discussions très préliminaires à ce sujet l’an dernier, mais qu’elle n’avait pas donné suite aux négociations depuis.

Avec des informations de Wayne Thibodeau, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !