•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Laval utilise des radars « vivants » aux abords des écoles

Un enfant porte son sac à dos sur lequel la vitesse de 61 km/h est affichée, sous le regard attentif d'une policière de Laval.

Radar « vivant ». Un enfant porte un sac à dos muni d'un panneau d'affichage pour indiquer aux automobilistes leur vitesse dans la zone scolaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans sa plus récente campagne de sécurité routière aux abords des écoles, « Débarque-moi en toute sécurité! », le Service de police de Laval (SPL) utilise un moyen original pour sensibiliser les automobilistes à la vitesse dans les zones scolaires : les radars « vivants ». Car la vitesse est un enjeu dans ces zones où la limite est fixée à 30 km/h.

Ces radars vivants sont une première au Québec. Développés en collaboration avec l’entreprise Trafic Innovation, ils consistent en un sac à dos muni d’un panneau indicateur et d’un radar.

Lors de la démonstration jeudi matin, un enfant portait un sac à dos muni d’un panneau montrant aux automobilistes leur vitesse, et un second enfant tenait un radar qui évaluait la vitesse des véhicules.

Ainsi, les automobilistes pouvaient voir leur vitesse dans la zone scolaire pour ralentir. Aucun constat d’infraction n’était remis jeudi, mais les conducteurs étaient incités à ralentir.

Les amendes pour excès de vitesse en zone scolaire peuvent être salées. Si un automobiliste circule à 51 km/h dans la zone, il recevra une amende de 265 $, assortie de 2 points d’inaptitude. Et s’il roule à 61 km/h, l’amende sera de 385 $ et 3 points d’inaptitude.

Une enfant pointe un radar pour mesurer la vitesse des voitures, et à l'arrière-plan, un enfant porte un sac à dos où est inscrite la vitesse de 57 km/h.

Le radar « vivant » comporte deux éléments : un enfant tient le radar qui mesure la vitesse des véhicules, et un autre qui porte un sac à dos muni d'un panneau indicateur.

Photo : Radio-Canada

Vitesse excessive

Lors du reportage, de nombreux automobilistes circulaient au-delà de la limite des 30 km/h. C’est la raison pour laquelle la police de Laval a voulu sensibiliser les conducteurs à l’importance de respecter les limites.

Le radar "vivant" est un outil de sensibilisation pour les usagers de la route, pour s’assurer qu’ils respectent les limites de vitesse dans les zones scolaires, a dit Chantal Moreau, porte-parole du Service de police de Laval. Et également pour que [les automobilistes] soient attentifs à l'environnement dans lequel ils se trouvent pour pouvoir mieux agir, a-t-elle ajouté.

Une policière porte sur elle un radar portatif.

Le but du SPL jeudi n’était pas la répression, mais bien la prévention.

Photo : Radio-Canada / Karine Bastien

Avec l’utilisation des radars vivants, la majorité des conducteurs réagissent et ralentissent. Le but du SPL jeudi n’était pas la répression – en donnant des constats d’infraction –, mais bien la prévention.

Les radars vivants seront utilisés lors des prochaines campagnes de sensibilisation de la police de Laval, aux mois de novembre 2021, de février et d’avril 2022.

Ce projet est mené en collaboration avec la SAAQ, le Centre de services scolaire de Laval (CSSL) et la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier.

Avec les informations de Karine Bastien

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !