•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déterrer le passé dans un stationnement de Drummondville

Un homme creuse un trou d'environ un mètre carré.

Des fouilles archéologiques se déroulent dans le stationnement de la place d'Armes, à Drummondville.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Des travaux plutôt inhabituels se déroulent dans le stationnement de la place d'Armes, à Drummondville. Des archéologues du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki tentent d'y retrouver des traces du passage des Autochtones en bordure de la rivière Saint-François.

C'est un projet avec la Ville de Drummondville avec l'objectif de retrouver des anciennes occupations ou des vestiges associés non seulement à la présence de la nation Waban-Aki sur le territoire, mais aussi aux premiers fondements de la Ville de Drummondville, explique l’archéologue Geneviève Treyvaud.

Une affiche indique ce que les archéologues pourraient trouver dans le stationnement.

Les fouilles sont menées en partenariat avec la Ville de Drummondville.

Photo : Radio-Canada

Des techniques de pointe

Plusieurs techniques de pointe sont utilisées dans le cadre des recherches.

On essaie de trouver les bribes du passé. La méthodologie qu'on a utilisée, c'est [...] une étude au géoradar, une étude géophysique qui nous permet de cibler, dans ce stationnement, les endroits où il pourrait rester des vestiges, précise Geneviève Treyvaud.

On a passé le géoradar et on a identifié des zones plus restreintes qu'on a marquées au sol, et ensuite, des travailleurs ont coupé l'asphalte et ça nous a permis de sonder à l'intérieur de ça, ajoute l'archéologue assistant Alexandre Tellier, qui participe aussi au projet.

Des vestiges du quotidien

Certains vestiges ont déjà été déterrés par l’équipe. Ils incluent des fragments de porcelaine qui pourraient remonter aux premiers Anglais à s’être établis sur les lieux.

Un membre de l'équipe d'archéologues tient ce qui semble être un éclat de porcelaine.

Les archéologues ont déjà trouvé des vestiges.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Il ne faut pas penser que parce qu'on trouve un grand mur ou un grand vestige, c'est la trouvaille du siècle. Ce qui est important, c'est la vie de tous les jours, c'est ce que l'on veut documenter à un certain moment donné dans le temps.

Une citation de :Geneviève Treyvaud, archéologue

Les fouilles se poursuivront jusqu'au 1er octobre.

Avec les informations de Jean-François Dumas 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !