•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 60 % des candidats de Projet Montréal seront des femmes

Valérie Plante sur scène.

Valérie Plante fera campagne aux côtés de 61 candidates et de 42 candidats jusqu'au 7 novembre.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Le parti de la mairesse Valérie Plante a maintenant complété son équipe en vue des élections du 7 novembre.

Près de 60 % des candidats de Projet Montréal seront des femmes, a annoncé la formation politique, mercredi soir. Du jamais vu.

Le parti de la mairesse présentera 61 femmes et 42 hommes. La formation politique présentera donc des candidats dans tous les arrondissements de la ville, où 103 postes électifs sont en jeu.

La composition de l'équipe de Projet Montréal a été confirmée lors du premier rassemblement de campagne du parti, au Club Soda, boulevard Saint-Laurent. Environ 200 personnes étaient présentes.

La soirée était animée par Sophie Mauzerolle, qui tentera de se faire réélire comme conseillère de ville dans Sainte-Marie, cet automne, et Alia Hassan-Cournol, qui sera candidate dans Maisonneuve-Longue-Pointe.

Des candidats aux origines diverses

Par ailleurs, 47 % des candidats de Projet Montréal seront issus de la diversité cette année, a fait savoir le parti mercredi soir. La formation politique inclut dans ce calcul les personnes appartenant à des minorités visibles et/ou ethnoculturelles, a expliqué un membre de la garde rapprochée de Valérie Plante.

Cela dit, Projet Montréal n'a pas recruté de candidat issu des Premières Nations. En présentant le plan de la Ville pour la réconciliation avec les peuples autochtones, Mme Plante avait pourtant déclaré en novembre 2020 qu'il s'agissait pour elle d'un objectif qu'elle s'était fixé en vue des élections de cette année.

C'est définitivement un objectif que les candidats soient toujours plus représentatifs de la population et ça inclut les personnes issues des communautés autochtones, avait-elle déclaré en réponse à une question de Radio-Canada.

Le sujet est sensible. Projet Montréal avait recruté en janvier 2019 la conseillère Marie-Josée Parent, qui était présentée comme « la première élue autochtone de l'histoire de la Ville de Montréal ». Or des chercheurs en généalogie ont remis en doute son ascendance autochtone en janvier dernier.

La politicienne avait démenti l'accusation. Elle avait néanmoins perdu le dossier de la réconciliation dans la foulée. Son retrait de la politique a été annoncé sans tambour ni trompette, cet été.

Ce n'est pas le moment de revenir en arrière

Valérie Plante a livré un discours enflammé devant ses troupes, mercredi soir, au Club Soda.

Ce n'est pas le moment de revenir en arrière, mais plutôt de continuer à avancer, a-t-elle lancé, faisant référence à son adversaire Denis Coderre, qui s'était livré au même type d'exercice, vendredi dernier.

Mme Plante a notamment dépeint son adversaire comme quelqu'un qui n'a pas vraiment de vision à court, à moyen ou à long terme pour Montréal.

Elle lui a aussi reproché ses volte-face au sujet de la consommation d'alcool dans les parcs et sur la hauteur des gratte-ciel au centre-ville.

On ne peut pas gouverner une ville en changeant d'idée comme on change de chemise, a souligné la mairesse sortante devant ses candidats et ses militants, gonflés à par les plus récents résultats de sondage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !