•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six nouveaux chefs d’accusation contre le suspect d’une attaque à North Vancouver

Une dame portant un parapluie pose des fleurs sur le trottoir devant la bibliothèque Lynn Valley.

Des gerbes de fleurs ont été déposées devant la bibliothèque Lynn Valley à North Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

L’homme accusé de meurtre suivant une attaque à l'arme blanche aux environs de la bibliothèque publique Lynn Valley, à North Vancouver, fait face à six nouvelles accusations.

Yannick Bandaogo fait déjà face à une accusation de meurtre au second degré à la suite des événements du 27 mars au cours desquels une jeune femme dans la vingtaine a été poignardée à plusieurs reprises et est décédée. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) n'a pas révélé l'identité de la victime.

Désormais, Yannick Bandaogo fait également face à cinq chefs d’accusation de tentatives de meurtre et un chef d’accusation de voies de fait graves, indique la GRC.

Dessin de la cour représentant Yannick Bandaogo.

Yannick Bandaogo, accusé de meurtre, est apparu à la cour provinciale de North Vancouver en avril dernier.

Photo : Felicity Don

Il s’agit d’un incident tragique qui nous a secoués et nous partageons la douleur et la colère des familles et de la communauté, écrit le détective Sukhi Dhesi dans un communiqué.

L’accusé a un passé criminel connu des policiers. Il avait notamment été condamné à un mois de prison pour avoir agressé un policier et avoir résisté à son arrestation à Longueuil, en banlieue de Montréal.

La GRC se garde d’offrir plus de détails tant que l’affaire est devant les tribunaux.

Les enquêteurs demandent à toute personne qui possède plus d'information au sujet de cette affaire de communiquer avec eux au 1-877-551-4448, ou encore par courriel à l'adresse : ihitinfo@rcmp-grc.gc.ca (Nouvelle fenêtre).

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.