•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nouvelles restrictions et écoles toujours fermées à Yellowknife

La ville de Yellowknife pendant la nuit.

Mardi, Yellowknife comptait 141 cas actifs de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest, Kami Kandola, a prolongé et renforcé ses arrêtés de santé publique sur les restrictions en lien avec la COVID-19 à Yellowknife, à Behchokǫ̀ et à Whatì. Les écoles de la capitale resteront fermées jusqu’au 4 octobre.

En conférence de presse, mercredi, la Dre Kandola a indiqué que les restrictions annoncées le 8 septembre sur les rassemblements à Yellowknife, qui devaient arriver à échéance vendredi, se poursuivront 10 jours de plus.

La médecin hygiéniste en chef a aussi annoncé de plus fortes mesures dans la capitale ténoise. Elles empêcheront notamment les établissements et les commerces non essentiels d'accueillir plus de 10 personnes à l’intérieur au même moment.

Les rassemblements extérieurs sont désormais restreints à 25 personnes plutôt que 50, comme cela était permis jusqu'à maintenant.

La Dre Kandola espère que la mise en place de ces restrictions, qui commenceront vendredi à 23 h 59 permettra de court-circuiter la propagation de la COVID-19 à Yellowknife afin de pouvoir rouvrir les écoles et assouplir les restrictions dans 10 jours.

Parmi les provinces et les territoires du pays, les Territoires du Nord-Ouest ont maintenant le plus haut taux de cas actifs pour 100 000 habitants, selon la Dre Kandola.

Mercredi, le territoire comptait 236 cas actifs, dont 143 à Yellowknife, 54 à Behchokǫ̀ et 22 à Whatì. Deux personnes sont mortes des suites de la maladie au cours du dernier mois.

Si nous réduisons tous nos rassemblements sociaux et que nous nous isolons et passons un test de dépistage lorsque des symptômes apparaissent, espérons que nous pouvons voir la fin de tout cela, explique la Dre Kandola. Avec cette prolongation de 10 jours, je m’attends à ce que ce soit la seule nécessaire.

Kami Kandola parle en conférence de presse.

Kami Kandola est la médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

À Behchokǫ̀, les restrictions seront prolongées jusqu’au 7 octobre, et à Whatì, elles seront en vigueur jusqu’au 9 octobre.

Vaccination obligatoire dans la fonction publique ?

En réponse à des questions de journalistes à propos de la possibilité de rendre obligatoire la vaccination des employés du gouvernement, la première ministre Caroline Cochrane a confirmé que son gouvernement s’attardait à la question.

Selon elle, le gouvernement étudie les mesures mises en place par les autres provinces et territoires et consulte les députés, les gouvernements autochtones et le syndicat pour déterminer ce à quoi pourrait ressembler une réglementation territoriale.

Un épingle ou il est écrit « J'ai reçu le vaccin contre la Covid-19 » traîne sur une table avec un aiguille et un tampon de nettoyage.

Aux T.N.-O., 77 % des personnes âgées de plus de 12 ans sont entièrement vaccinées

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Elle indique que les gens peuvent s’attendre à obtenir plus de détails la semaine prochaine.

Dans un courriel, le président du Syndicat des travailleurs du Nord, Todd Parsons, a indiqué qu'il soutenait de manière générale les mesures visant à augmenter les taux de vaccination et réduire la transmission de la COVID-19 dans les collectivités.

En tant qu'employeur, le gouvernement a l'obligation de fournir un environnement de travail sécuritaire tout en respectant les droits de la personne et les droits des travailleurs à la vie privée, dit-il.

Si un travailleur ne peut pas être vacciné pour des raisons protégées par les lois sur les droits de la personne, l'employeur doit s'assurer que sa politique offre des options, conclut-il.

Avec des informations d’Avery Zingel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !