•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passeport vaccinal, un casse-tête pour certains propriétaires d’entreprises

Marsha Smith à côté d'une affiche qui indique que la salle à manger est fermée.

Marsha Smith a décidé de fermer la salle à manger de son restaurant, car la vérification du passeport vaccinal est trop complexe à gérer pour le moment.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Des restaurateurs et propriétaires de salles de sport du Nord de l’Ontario estiment qu’il sera difficile de faire respecter le passeport vaccinal, soit parce qu’ils affirment ne pas avoir reçu de consignes claires sur ce qu’ils doivent vérifier, ou parce qu’ils n’ont pas suffisamment de personnel.

Selon Daniel Rivet, propriétaire du restaurant Burger World à North Bay, il n’y a pas suffisamment de détails fournis par la province pour expliquer ce qui est acceptable comme preuve.

Lorsqu’il a été interrogé mercredi matin, il n’avait pas commencé à vérifier le statut vaccinal de ses clients. Qu’est-ce qu’on demande? C’est-tu une carte, un morceau de papier?

M. Rivet croit aussi qu’il est trop facile de créer une fausse preuve de vaccination.

Je n’ai même pas assez de monde pour faire cette job-là, ajoute-t-il. Je dois essayer de trouver quelqu’un pour rester à la porte toute la journée.

Du côté du restaurant Deluxe Hamburgers dans le secteur sud de Sudbury, la propriétaire, Marsha Smith, a choisi de ne pas ouvrir pour le moment sa salle à manger et de se limiter au service à l’auto et aux commandes à emporter.

Mme Smith n’est cependant pas contre le passeport vaccinal. Il s’agit simplement d’une question de ressources humaines.

Contrairement à Daniel Rivet, elle explique bien comprendre le processus de vérification. Cependant, elle juge que sa mise en œuvre est difficile à gérer pour un établissement de restauration rapide.

Je crois que c’est à nous de voir si on est en mesure d’y arriver. On espère pouvoir rouvrir notre salle à manger bientôt.

Une citation de :Marsha Smith, propriétaire, restaurant Deluxe Hamburgers

La commerçante précise que c’est un défi de trouver quelqu’un pour s’occuper de la vérification des passeports vaccinaux, comparativement à un restaurant qui emploie déjà un hôte ou une hôtesse.

Denise Boyer tient un téléphone intelligent.

Denise Boyer, propriétaire du restaurant Tutti Frutti dans le secteur sud de Sudbury, vérifie la preuve de vaccination d'un client.

Photo : CBC/Erik White

Megan, serveuse et barmaid au resto-bar The Laughing Buddha, ne voit pas de grands problèmes avec la nouvelle mesure, surtout que les clients devaient déjà attendre qu'une hôtesse leur assigne une table.

Ryan Ivy, propriétaire de Lou Dawg's Southern BBQ à North Bay, affirme pour sa part que les nouvelles exigences sont une tâche de plus à assumer pour ses serveurs et serveuses.

Malheureusement, cela va probablement aussi ralentir le service. Le fait est que je ne peux pas augmenter ma main-d'œuvre.

Une citation de :Ryan Ivy, propriétaire de Lou Dawg's Southern BBQ

M. Ivy se demande pourquoi les nouvelles règles de vaccination s'appliquent à des entreprises comme la sienne, mais pas à d'autres, comme les épiceries. Il croit que les restaurants devraient aussi être jugés essentiels.

Protestation contre les mesures

Le restaurant Aisle Nine a aussi décidé de fermer sa salle à manger à partir d'aujourd'hui. Dans ce cas, ce serait plutôt pour protester contre les nouvelles règles.

Nous sommes obligés de faire de la discrimination et d'envahir la vie privée de nos clients ou de mettre fin à notre service de restauration, peut-on lire sur la page Facebook du restaurant.

Les propriétaires n’ont pas donné suite à une demande d’entrevue.

Le restaurant Aisle Nine est situé dans le même bâtiment que la microbrasserie Stack.

Son propriétaire, Shawn Mailloux, voit d'un bon œil l'imposition des passeports vaccinaux dans certains lieux.

N'importe quoi pour sortir de ce mess qu'on est dedans… si c'est le passeport, c’est le passeport.

Une citation de :Shawn Mailloux, propriétaire de la microbrasserie Stack

Il reconnaît que dans le cas de son entreprise, il aura à faire des vérifications uniquement lorsque ses clients voudront visiter l'établissement ou participer à des dégustations.

Shawn Mailloux pose dans sa brasserie.

Shawn Mailloux, propriétaire de la brasserie Stack, admet qu'il n'aura pas besoin de vérifier le statut de vaccination de ceux qui viennent simplement acheter de la bière.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

La santé avant tout

Faut vraiment se mettre dans les souliers des autres et penser à la situation, affirme Nathalie Philippe, infirmière hygiéniste pour Santé publique Sudbury et districts.

Ce sont des endroits très spécifiques [où la vaccination est exigée], parce que vous allez passer du temps là. Il faut protéger nos communautés et les gens les plus vulnérables.

Une citation de :Nathalie Philippe, infirmière hygiéniste pour Santé publique Sudbury et districts

Le bureau de santé publique du Timiskaming a par ailleurs partagé mercredi un communiqué de presse indiquant avoir compilé des ressources pour aider les commerçants qui doivent vérifier la preuve de vaccination.

Cela comprend des réponses aux questions les plus souvent posées à ce sujet, une affiche à installer à l’entrée et un exemple de lettre d’exemption médicale.

La Commission ontarienne des droits de la personne affirme que même si la vaccination est un choix individuel, une personne qui choisit de ne pas se faire vacciner pour une raison de préférence personnelle n'a pas droit à une mesure d'adaptation.

Ambivalence du côté des salles de sport

Bien qu'elle ait l'intention d'adhérer aux nouvelles règles, Michelle Munro, de Round Two Fitness, confie qu'elle ne serait pas surprise si certaines entreprises étaient plus laxistes avec les passeports de vaccination.

Comme pour beaucoup de restrictions et de demandes antérieures du gouvernement, il ne semble pas que l'accent soit mis sur l'application de la loi, souligne Mme Munro.

Pour sa part, John Hillier, copropriétaire de la salle de sport The Basement Fitness à Sudbury, explique que, même s'il compatit avec les personnes qui n'ont pas encore pu se faire vacciner, il accueille favorablement les nouvelles règles.

Cela devrait être une bonne chose. Malheureusement, nous allons probablement perdre quelques membres. Mais je pense aussi que nous allons récupérer beaucoup de membres parce qu'ils se sentiront plus en confiance en entrant dans la salle sachant que tout le monde ici est vacciné.

Une citation de :John Hillier, copropriétaire, The Basement Fitness

M. Hillier indique que son personnel a commencé à vérifier le statut vaccinal des clients avant même que ce soit obligatoire.

Ils sont vraiment compréhensifs, dit-il à propos de ses clients. Nous sommes vraiment bénis. Je me suis toujours vanté d'avoir les meilleurs membres.

Avec les informations de Ezra Belotte-Cousineau, Bienvenu Senga, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !