•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Omar Sy au Festival international du film black de Montréal

L'homme sourit pour la photo.

Omar Sy à Berlinale le 28 février 2020.

Photo : Getty Images / Matthias Nareyek

Radio-Canada

L’acteur français Omar Sy (Les Intouchables, Lupin) se verra remettre le Prix excellence en carrière au Festival international du film black de Montréal, qui s’est amorcé mercredi dans une version hybride et se poursuivra jusqu’au 3 octobre.

Spike Lee, Danny Glover, Harry Belafonte… Ce n’est pas la première fois que le Festival international du film black de Montréal (FIFBM) rend hommage aux artistes de couleur qui travaillent derrière et devant la caméra. Mais pour sa 17e année, le FIFBM portera une attention particulière aux artistes de la francophonie.

En plus de l’honneur décerné à Omar Sy, lauréat du César du meilleur acteur en 2012 pour Intouchables, un prix sera aussi remis à l’artiste visuelle et cinéaste québécoise d'origine haïtienne Martine Chartrand (Âme noire, MacPherson) ainsi qu’à la militante et actrice guadeloupéenne Firmine Richard (8 femmes, La première étoile).

Le lauréat et les deux lauréates s’entretiendront avec la présidente et fondatrice du FIFBM, Fabienne Colas, pour discuter notamment de l’évolution de leur carrière respective, de leur ascension vers le succès et de l’importance de la diversité devant et derrière la caméra.

Cette année, plus de 134 films provenant de 30 pays seront diffusés en ligne ou en salle – au Cinéma Impérial, au Cinéma Beaubien, au Cinéma du Parc et à la Cinémathèque québécoise.

Lever le poing en 1968

Fabienne Colas, fondatrice du FIFBM (et d’innombrables autres festivals, dont le Festival Nuits d’Afrique) recommande entre autres le documentaire With Drawn Arms (Poings levés), présenté en ouverture du festival au Cinéma Impérial, le 22 septembre à 19 h.

On y raconte l’histoire de Tommie Smith, un athlète américain qui a levé le poing pendant la cérémonie de remise des médailles des Jeux olympiques de 1968, à Mexico.

Ce geste symbolique pour les droits civiques des personnes afro-américaines a été repris des décennies plus tard, notamment par l’ancien quart-arrière des 49ers de San Francisco, Colin Kaepernick, qui a fait un geste semblable en 2016. Ce dernier prend la parole dans le film aux côtés d’autres personnalités comme la médaillée d’or du soccer américain Megan Rapinoe et le regretté John Lewis, membre de la Chambre des représentants des États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !