•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un spectacle de marionnettes signé Robert Lepage en primeur mondiale à Québec

Un homme tient une marionnette dans un décor sombre.

La conception, le texte et la mise en scène sont de Robert Lepage.

Photo : Elias Djemil / Le Diamant

Tanya Beaumont

Courville, la nouvelle production d'Ex Machina, est présentée en primeur mondiale à Québec. Le Diamant accueille ce spectacle de marionnettes conçu par Robert Lepage jusqu'au 23 octobre.

Dans les années 1970, Simon, un adolescent de 16 ans, vit au sous-sol d’un bungalow classique de l’époque. À la suite du décès de son père, sa mère a loué la chambre de Simon à un oncle. Celui-ci est complètement à l’opposé de son paternel. Mal de vivre, amitié et effervescence sociale sur fond de musique rock progressive.

La conception, le texte et la mise en scène sont de Robert Lepage. Il interprète aussi le narrateur de l’histoire, Simon, mais plus vieux.

Présent sur scène, il prête sa voix aux marionnettes qui l’entourent. Ce sont eux, les véritables personnages principaux de cette histoire. Lepage les fait parler, mais il interagit aussi avec ses comparses de jeu, les manipule et se fait oublier quand il le faut.

Tout en subtilité, avec un léger changement d'intonation seulement, un dialogue s'installe. Et même s'il est sur scène, Robert Lepage a disparu.

Sur deux niveaux

La scène présente un décor incliné sur deux étages. Le plancher au milieu monte et descend, à la manière d’un pont-levis. On passe d’un étage à l’autre. L’étage du bas représente le sous-sol, lieu de vie de Simon.

L’étage du haut amène le spectateur… à l’école, dans les rues de Courville, à l'aréna, à l’église, sur la route, chez le notaire, etc. Les projections vidéo réalistes sur les surfaces transportent rapidement le spectateur d'un lieu à l'autre. La piscine du quartier semble si réelle qu’une odeur de chlore envahit presque la salle. Presque.

La vie des marionnettes

Toute une équipe donne vie aux marionnettes de la pièce. Wellesley Robertson, Caroline Tanguay et Martin Vaillancourt maîtrisent l’art de ne pas se faire voir. Même si l’œil curieux est attiré vers eux, rapidement, ils s’effacent derrière les personnages. Chaque geste, chaque mouvement est fait avec minutie, donnant un caractère humain aux poupées. Le spectateur oublie que les personnages sont inanimés.

Trois marionnettes sur une scène dont une femme et deux hommes dans un cadre de porte, représentant René Lévesque et Robert Bourassa.

Courville est la nouvelle production d'Ex Machina.

Photo : Elias Djemil / Le Diamant

Courville réussit à mélanger Pink Floyd, Batman et élection du Parti Québécois, le tout dans un spectacle d’une durée de 3 h 20 qui ne s’essouffle pas. Robert Lepage prouve encore une fois qu’il fait du théâtre à un autre niveau.

La pièce est présentée au Diamant jusqu'au 23 octobre 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !