•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Senneterre amasse 150 000 $ en 3 jours pour attirer de la main-d’œuvre au centre de santé

L'hôpital de Senneterre.

L'hôpital de Senneterre.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Annie-Claude Luneau

Les gens d'affaires et les élus de Senneterre mettent en branle un plan d'attractivité et de rétention de la main-d'œuvre pour garder leur centre de santé ouvert 24 heures sur 24.

Rappelons que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a annoncé la semaine dernière son intention de fermer l’urgence de Senneterre de 12 à 16 heures par jour.

La Ville, la Corporation de développement économique (CDE) de Senneterre et certains commerçants vont investir jusqu’à 150 000 $ pour offrir entre autres des bourses d'études pour le personnel de la santé et des primes de déménagement.

La Corporation, la Ville et toutes les entreprises de Senneterre avec qui on a communiqué embarquent avec nous et on a réussi à mobiliser 150 000 $ en trois jours, explique le président de la CDE, Patrick Garneau. On peut chialer, mais ce n’est pas ça qu’on veut, on va essayer d’amener des solutions, travailler avec les autorités, travailler avec le CISSS-AT pour amener de nouvelles façons de faire et s’assurer que notre urgence reste ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Déjà, un comité a été mis sur pied pour élaborer un plan d’attractivité et de rétention du personnel.

Parmi les autres mesures envisagées, on retrouve de l'aide à la recherche de logement et des incitatifs à l'achat de maison, un parrainage de six mois avec un citoyen de la municipalité et un passeport social donnant accès à des activités sportives et culturelles.

Le plan prévoit aussi d'offrir une formation accélérée aux infirmières auxiliaires qui souhaitent devenir infirmières.

Ce qu’on demande au CISSS-AT, c’est laissez-nous un petit sursis, on vous prouve en trois jours qu’on est capable de travailler avec vous et on va travailler avec vous pour trouver des solutions, ça va fonctionner, laissez-nous un sursis, conclut Patrick Garneau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !