•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore 150 employés à recruter au Club Med Québec Charlevoix

Le Club Med Québec Charlevoix en construction

Le bâtiment du Club Med Québec Charlevoix sera fini de construire d'ici deux semaines.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Dans un peu plus de deux mois, le Club Med Québec Charlevoix accueillera ses tout premiers visiteurs. Si la construction de l’hôtel est pratiquement terminée, l’entreprise doit encore trouver environ 150 travailleurs prêts à fouler le plancher dès le 3 décembre.

On sait que c'est un challenge, reconnaît Vincent Giraud, vice-président pour Club Med au Canada. C'est le défi, au Québec, de pouvoir recruter dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration.

Pour que le site soit fonctionnel, il faudra combler de nombreux postes à la réception, en cuisine, au bar et à l’encadrement des enfants, notamment. Tous des corps de métier qui sont dans une petite pénurie de main-d'œuvre, note M. Giraud.

Malgré le contexte, l’entreprise se dit confiante. Les gentils organisateurs – communément appelés G.O. – requis à Petite-Rivière-Saint-François ont déjà tous été embauchés. À eux seuls, ils sont environ 150.

Quant aux 150 autres postes qui restent à combler à l’intérieur de l’hôtel, Club Med soutient que les curriculum vitae entrent à un bon rythme. D’ici la mi-octobre, l’entreprise s’attend à mener pas moins de 1500 entretiens d’embauche.

Pour l'instant, on est vraiment dans le plan. On considère qu'on va réussir à recruter et à avoir la main-d'œuvre nécessaire pour y arriver.

Une citation de :Vincent Giraud, vice-président pour Club Med au Canada
Vincent Giraud, vice-président pour Club Med au Canada

Vincent Giraud, vice-président pour Club Med au Canada

Photo : GAETANE LEFRANC

Contexte difficile

La situation dans la Capitale-Nationale reste difficile en ce qui a trait à la main-d’oeuvre. Les données de Statistique Canada pour le deuxième trimestre de 2021 font état de presque 24 000 emplois non comblés dans la région.

Le taux de postes vacants se situait alors à 6,3 % dans la Capitale-Nationale, soit au-dessus des moyennes québécoise (5,3 %) et canadienne (4,6 %).

Dans la sous-région de Charlevoix, où résident moins de 30 000 personnes, la population active est proportionnellement moins nombreuse qu’ailleurs dans la Capitale-Nationale.

De plus, près du tiers des emplois disponibles dans Charlevoix se trouvent déjà dans l’industrie touristique, rappelle le directeur général de Tourisme Charlevoix.

L'élasticité de la main-d'œuvre a ses limites, donc c'est certain que ça représente un défi pour le Club Med de recruter dans un contexte qui était déjà très, très difficile cet été, explique Mitchell Dion.

Ça a été l'enjeu numéro un de l'industrie touristique malgré l'excellente saison estivale qu'on a connue.

Une citation de :Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix

Engouement

Une bonne nouvelle se profile toutefois à l’horizon pour le Club Med Québec Charlevoix : la campagne publicitaire semble avoir touché sa cible puisque le taux d’occupation de l’hôtel se situe déjà à 80 % pour la première semaine d’opération, en décembre.

Pour une première semaine d'ouverture, étant donné que c'est début décembre – donc ce n'est pas encore la haute saison du ski –, c'est une très bonne nouvelle, affirme M. Giraud.

À l’heure actuelle, environ 65 % des réservations ont été faites par des Canadiens, majoritairement des Québécois et des Ontariens. Le reste de la clientèle est constituée d’Américains (15 %), de Brésiliens (15 %) et d’Européens (5 %).

L’enneigement de la montagne, qui s’est révélé un enjeu notamment lors de la saison 2020, ne risque pas de poser problème cette année.

Nicolas Racine devant le chantier du Club Med Québec Charlevoix

Nicolas Racine est devenu vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif à l'été 2021.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le nouveau vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif, Nicolas Racine, rappelle que les capacités d’enneigement artificiel ont été augmentées grâce à une nouvelle prise d’eau et à un système d’enneigement automatisé sur la piste principale de la montagne.

C'est évident que pour nous, c'est une priorité tant pour les invités du Club Med que pour tous les invités qu'on reçoit à la montagne.

Si on veut rester dans la business du ski, il faut avoir de la neige. Dame Nature nous fait faux bond, parfois, alors il faut s'organiser pour être capable de le faire.

Une citation de :Nicolas Racine, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif

Une nouvelle zone d’apprentissage, située au pied de la montagne et qui sera adjacente au Club Med, entrera aussi en fonction cet hiver.

Développement économique

Le maire de Petite-Rivière-Saint-François, qui a appuyé le projet de Club Med dès le départ et qui s’apprête à tirer sa révérence à la tête de la municipalité, reste convaincu que le village-montagne entraînera d’importantes retombées économiques.

« Les gens en lien avec le Club Med me disent, "on ne peut pas s'imaginer les retombées qu'un Club Med peut avoir". On va le voir le 3 décembre, à l'ouverture! », lance Gérald Maltais.

On se doit de voir à notre développement. On en serait où, si on n'avait pas le Massif de Charlevoix à Petite-Rivière-Saint-François?

Une citation de :Gérald Maltais, maire de Petite-Rivière-Saint-François
Gérald Maltais, maire de Petite-Rivière-Saint-François

Gérald Maltais, maire de Petite-Rivière-Saint-François

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

S’il reconnaît que certains de ses concitoyens craignent que l’ouverture de l’hôtel vienne perturber leur tranquillité, M. Maltais ne croit pas que ce sera le cas. Il maintient sa pleine confiance envers les gestionnaires du Massif.

Je fais juste penser au Mont-Sainte-Anne, qui a été pris par [Resort of the Canadian Rockies], et je pense que le Mont-Sainte-Anne fait l'objet de beaucoup plus de critiques que le Massif.

Le directeur général de la montagne, Nicolas Racine, rappelle que le Club Med n’est qu’une composante du Massif et qu’il souhaite un équilibre dans le développement futur du site.

Une affiche du Club Med Québec CHarlevoix

Les premiers visiteurs du Club Med Québec Charlevoix sont attendus le 3 décembre 2021, soit un an plus tard que ce qui était prévu à l'origine.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Il faut que ce soit la destination de choix pour ceux qui veulent venir faire du ski dans l'est du Québec et qu'on soit capable de maintenir l'environnement [...] Il faut qu'on ait une bonne balance pour continuer à garder le cachet de la montagne et continuer à la développer.

Le Club Med Québec Charlevoix est un projet de 120 millions de dollars, soutenu par les gouvernements fédéral et provincial à hauteur de presque 37 millions de dollars.

Bien que l’ouverture ait lieu un an plus tard que prévu, M. Racine indique que la construction du bâtiment n’a pas entraîné de dépassements de coûts.

Club Med Charlevoix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !