•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Resserrement des mesures sanitaires au N.-B. : les Gaspésiens doivent encore s’adapter

Un panneau d'arrêt avec le pont J.-C. Van Horne en arrière plan.

À quelques exceptions près, tous ceux qui se rendent au Nouveau-Brunswick, incluant les membres des communautés frontalières, doivent remplir un formulaire et présenter une preuve vaccinale. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les Gaspésiens et les Madelinots qui souhaitent entrer sur le territoire du Nouveau-Brunswick doivent à nouveau s'inscrire en ligne et fournir une preuve de vaccination complète pour éviter de devoir faire une quarantaine de 14 jours.

Depuis mardi 23 h 59, plusieurs nouvelles règles ont été remises ou sont entrées en vigueur au Nouveau-Brunswick, comme l'obligation de porter le masque dans les lieux publics intérieurs. À l'instar du Québec, une preuve vaccinale est aussi désormais requise pour entrer dans certains commerces non essentiels et participer à des événements.

Une fois de plus, les résidents des communautés frontalières gaspésiennes, nombreux à se rendre quotidiennement au Nouveau-Brunswick, doivent s’adapter à la réglementation de la province voisine.

À l'heure actuelle, Fredericton demande aux gens qui désirent entrer au Nouveau-Brunswick d'envoyer une preuve de vaccination et un formulaire (Nouvelle fenêtre) en format PDF par courriel, ce qui diffère de l'inscription offerte directement sur le site web du Nouveau-Brunswick dans le passé.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick précise qu'un portail d’inscription, directement sur le site web de la province, sera bientôt mis en ligne.

Selon le maire sortant de Pointe-à-la-Croix, le processus d'inscription actuel est complexe. Pascal Bujold indique qu'un accompagnement est offert par des employés municipaux de l’hôtel de ville pour aider les citoyens à s’inscrire. Le conseil de bande de Listuguj a fait de même dans ses bureaux.

Mardi, on a eu une quarantaine de citoyens qui sont venus au bureau municipal pour s’enregistrer, mentionne Pascal Bujold. On comprend que c’est un fardeau, ça ne fonctionne plus de la même façon, ce n’est plus une plateforme en ligne, on doit envoyer un courriel.

Carole Saucier est photographiée devant l'hôtel de ville.

Cécile Saucier a profité de l'aide offerte par la Municipalité de Pointe-à-la-Croix pour s'inscrire en ligne dans le but de pouvoir se rendre au Nouveau-Brunswick sans avoir à s'isoler une fois sur place.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Ça nous irrite un peu parce qu’on était déjà tanné de ces procédures-là qui ont duré pendant des mois, affirme la citoyenne de Pointe-à-la-Croix Carole Saucier qui est allée chercher de l’aide mercredi matin à l’hôtel de ville pour envoyer par courriel les documents exigés par Fredericton.

Je suis venue ce matin parce que c’est un peu compliqué sur un téléphone d’annexer des documents, dit-elle.

Bien qu'il n'y ait pas de contrôles aux frontières, le ministère de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick rappelle que des contrôles aléatoires peuvent être faits pour vérifier que les visiteurs ont les documents nécessaires pour circuler au Nouveau-Brunswick.

Les contrevenants s'exposent à des amendes allant de 172,50 $ à 772,50 $.

Des voitures passent à côté d'une cabane vide, près du pont interprovincial J.C. Van Horne.

Bien que les postes de contrôle soient toujours en place, aucune vérification n'est faite à l'entrée de Campbellton, en arrivant de la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Des élus et des citoyens aigris

Le maire sortant de Pointe-à-la-Croix dénonce qu’une seule semaine se soit écoulée entre l’annonce des nouvelles mesures et leur entrée en vigueur.

Selon Pascal Bujold, cela laisse peu de temps d'adaptation aux Gaspésiens non vaccinés qui travaillent au Nouveau-Brunswick, de même qu'aux Néo-Brunswickois qui se rendent fréquemment dans les commerces gaspésiens qui devront, eux-aussi, s'inscrire en ligne pour rentrer chez eux sans devoir s'isoler à leur retour.

C’est encore une fois nos citoyens et nos commerçants qui vont en subir les conséquences.

Une citation de :Pascal Bujold, maire sortant de Pointe-à-la-Croix

La population est frustrée, c’est certain, il y a des gens qui se demandent pourquoi ils ne peuvent pas tout simplement montrer leur VaxiCode du Québec, indique Pascal Bujold. On comprend que le Nouveau-Brunswick n’est pas encore prêt à gérer des codes numériques QR.

Le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold,

Le maire sortant de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold, estime que le resserrement des mesures sanitaires du Nouveau-Brunswick aura des impacts négatifs pour ses concitoyens (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La conseillère de Listuguj, Ali Barnaby, abonde aussi en ce sens.

Ces décisions ont été prises sans qu’on puisse prendre part à des discussions, alors que les communautés frontalières sont celles qui subissent le plus d’impacts de ces décisions, dénonce l’élue mi’gmaw. C’est une vieille façon de faire qu’on connaît trop bien et qui est irrespectueuse.

Certains citoyens reprochent aussi à Fredericton d’avoir laissé tomber ses mesures sanitaires de façon trop précipitée cet été.

Je trouve qu’ils ouvert leurs frontières trop vite et là ils resserrent la vis, lance un citoyen de Pointe-à-la-Croix. Je trouve ça ordinaire.

J’étais certaine que ça arriverait, ils avaient laissé tomber le masque, abonde une autre citoyenne.

Le 30 juillet, le Nouveau-Brunswick a mis fin à toutes les restrictions liées à la pandémie de COVID-19, incluant le port obligatoire du masque et le contrôle de ses frontières.

Mardi, le Nouveau-Brunswick a franchi la barre des 500 cas actifs de COVID-19, une première depuis le début de la pandémie. À la fin juillet du mois de juillet, moins de 20 cas actifs étaient recensés.

Engouement pour la vaccination à Pointe-à-la-Croix

La clinique de vaccination est prolongée jusqu'à vendredi à Pointe-à-la-Croix en raison du fort achalandage des derniers jours.

Au moins 144 personnes se sont fait vacciner contre la COVID-19 depuis vendredi. Parmi celles-ci, 58 % ont reçu une première dose de vaccin.

Le porte-parole du CISSS de la Gaspésie estime que les récentes éclosions de COVID-19 survenues à Listuguj et à Campbellton, de même que nouvelles exigences vaccinales du Nouveau-Brunswick expliquent cet engouement.

La clinique de vaccination de Pointe-à-la-Croix se trouve maintenant dans l'ancien centre sportif York Gym, au 7 boulevard Perron.

La vaccination sans rendez-vous y est offerte jusqu'à vendredi, de 9 h à 15 h.

Une pancarte où il est inscrit « Vaccination COVID-19» devant un bâtiment identifié comme un gym.

La clinique de vaccination est accessible jusqu'au vendredi 24 septembre.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une clinique de vaccination sans rendez-vous sera également mise en place les 1er et 2 octobre à Listuguj, dans le stationnement du centre éducatif, dans l’espoir d’atteindre le taux de vaccination de 75 % dans la communauté mi’gmaw.

À Listuguj, 39 personnes ont contracté la COVID-19 depuis le début de la quatrième vague. Treize cas sont toujours actifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !