•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des doctorants en psychologie manifestent devant le bureau d’Andrée Laforest

Des étudiants universitaires tiennent des affiches devant un édifice.

Une quinzaine de doctorants en psychologie ont manifesté à Saguenay devant le bureau de la ministre Andrée Laforest.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Radio-Canada

Une quinzaine d'étudiants au doctorat en psychologie ont manifesté mercredi matin devant le bureau de la ministre Andrée Laforest pour dénoncer les conditions qui leur sont imposées dans le cadre de leur internat, l'une des dernières étapes avant qu'ils soient autorisés à pratiquer leur métier.

Selon eux, les conditions dictées pour que les étudiants aient accès à une bourse de 25 000 $ remise par Québec sont trop contraignantes.

Pour s'engager avec la bourse, on a deux ans à faire pour le CIUSSS ou tout autre organisme public. Si on ne peut pas faire les deux ans parce que, par exemple, l'emplacement ne peut pas nous offrir un poste, on est tenu de faire 150 heures de bénévolat, a déploré Alexandra Pilote, porte-parole des manifestants.

Au surplus, ce qui choque ces étudiants, c'est que certains CIUSSS auraient trouvé des moyens un peu particuliers pour pouvoir les retenir plus longtemps avec eux.

On crée des contrats, sans aucune date d'entrée en fonction, sans aucune précision des tâches, ni d'emplacement. Ça va à l'encontre de notre code professionnel, de notre code déontologique, de notre autonomie professionnelle, a-t-elle poursuivi.

La situation, d'après les étudiants, n'aidera en rien à combler la pénurie de psychologues dans le réseau de la santé et découragera plutôt les jeunes d'aller travailler dans le réseau public

75 % des doctorants vont se diriger vers le secteur privé parce qu'ils ne veulent pas se soumettre à ces mesures-là, a conclu l'étudiante en psychologie.

Les étudiants espèrent que Québec réagira rapidement pour régler ce problème.

D'après un reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !