•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre la stigmatisation des personnes atteintes du VIH au Manitoba continue

Une femme dont on ne voit que les mains et bras qui tient un ruban rouge.

Le Dr Steve Gravel explique que les nouveaux médecins seraient davantage sensibilisés à ce que vivent les personnes atteintes du VIH.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des intervenants manitobains jugent nécessaire de multiplier les démarches de sensibilisation à l’égard des personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Le personnel de la santé n’échappe pas aux préjugés, mais des formations existent pour lui permettre de mieux comprendre ce que vivent les patients touchés par la stigmatisation.

Le Centre de ressources en matière d’éducation sexuelle à Winnipeg (Sexuality Education Resource Centre), qui travaille avec des personnes porteuses du VIH, déplore la stigmatisation de ces dernières. 

Emile Namwira, qui est facilitateur au Centre, dénonce l’ignorance de certains membres du personnel soignant, ce qui peut mener à la stigmatisation et à la marginalisation des patients porteurs du VIH

Souvent, ce sont les soignants qui découragent les malades [...] dans la façon dont ils traitent et touchent les patients.

Une citation de :Emile Namwira, facilitateur au Centre de ressources en matière d’éducation sexuelle à Winnipeg

Emile Namwira affirme avoir l’habitude de sensibiliser régulièrement des membres du personnel soignant.

Les médecins sont-ils sensibilisés?

Steve Gravel, médecin de famille au Centre médical Seine, à Sainte-Anne, n’est pas surpris des propos de M. Namwira. Il rappelle que les médecins sont des êtres humains avant tout.

Par contre, son regard est tourné vers l’avenir : il explique que les nouveaux médecins seraient davantage sensibilisés à ce que vivent les personnes porteuses du VIH

Afin de les sensibiliser, il y a maintenant des cours formels intégrés à leur programme dans leurs quatre années à l'école de médecine.

Une citation de :Steve Gravel, médecin de famille au Centre médical Seine, à Sainte-Anne

Les nouveaux groupes-classes de médecins seraient aussi sélectionnés selon des critères de communicateurs, ce qu’il considère comme étant important lors des discussions avec les patients. 

Quant à ses collègues d’expérience, le Dr Gravel les invite à suivre des ateliers de sensibilisation, tels que ceux offerts par le Centre de ressources en matière d’éducation sexuelle à Winnipeg. 

Avec les informations de Patricia Bitu Tshikudi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !