•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de 3 travailleurs : Beauceville « en état de choc »

Une camionnette de la Sûreté du Québec est stationnée à proximité d'une usine endommagée par un incendie.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête sur les circonstances entourant l'incendie survenu à l'usine Séchoirs de Beauce.

Photo : Radio-Canada

L’annonce de la mort de trois travailleurs à la suite de l’explosion survenue lundi à l’usine de Séchoirs de Beauce a provoqué « une onde de choc » à Beauceville, où employeur, syndicat et personnel du réseau de la santé ont uni leurs efforts pour venir en aide aux personnes touchées par la catastrophe.

Il y a des gens de la même famille qui travaillent là. Il y a des voisins. Il y a des amis. Ce sont des gens qui se côtoient pratiquement tous les jours. Ce n'est pas une grosse communauté, alors, c'est toute une onde de choc, en fait, dans la région, puis dans la ville aussi présentement, confie François Cardinal, représentant du Syndicat des Métallos, qui compte des membres parmi les victimes.

Il mentionne que la priorité de son organisation est d’offrir aux familles endeuillées et à toute personne touchée par la tragédie l’aide psychologique dont elles ont besoin.

Le syndicat a mis à leur disposition une équipe de délégués sociaux, des gens formés pour les diriger vers la bonne ressource d’aide.

François Cardinal accorde une entrevue à Radio-Canada à l'extérieur.

François Cardinal affirme que la priorité de son syndicat est de venir en aide à toutes les personnes touchées par la tragédie.

Photo : Radio-Canada

Pour ne pas leur imposer un stress supplémentaire, le syndicat va répondre aux questions des familles et des travailleurs concernés portant sur les aides financières qu’ils peuvent réclamer.

C'est un état de choc. Les gens se connaissent. Ce sont plus que des collègues de travail.

Une citation de :François Cardinal, représentant, Syndicat des Métallos

Le soutien offert par le Syndicat des Métallos s’ajoute à celui apporté par Séchoirs de Beauce, par l'entremise de son programme d’aide aux employés, et par le CISSS de Chaudière-Appalaches, qui a dépêché des travailleurs sociaux sur place.

Aider tout le monde

François Cardinal affirme que tous les efforts nécessaires seront déployés afin de s’assurer que chaque personne ait accès et obtienne l’aide dont elle a besoin.

L'important, pour l'instant, ce sont les gens, ce sont les travailleurs et travailleuses qui ont été impliqués là-dedans. Syndiqués ou pas syndiqués, nous, on va être là jusqu'au bout pour eux. On va les soutenir tant et aussi longtemps qu'il va falloir. On va les aider puis les orienter, insiste le représentant syndical.

Le centre des loisirs de Beauceville photographié de jour, en automne.

Les employés peuvent obtenir de l'aide en se rendant au centre des loisirs de Beauceville.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’usine de Séchoirs de Beauce, qui a subi d’importants dommages dans l’incendie de lundi, ne pourra reprendre ses activités à court terme. Selon le Syndicat des Métallos, l’employeur aurait offert de muter les travailleurs qui le désirent dans différentes entreprises lui appartenant.

Il aurait également fait part de son intention de redémarrer l’usine ailleurs sur le territoire de Beauceville.

Il a dit qu'il n'y aurait pas d'orphelins. C'est les termes qu'il a pris. Il ne fera pas d'orphelins avec ses travailleurs, il ne laissera pas tomber personne, indique François Cardinal.

Saint-Georges solidaire

Les événements de lundi ont également eu des répercussions dans les municipalités voisines, notamment à Saint-Georges, où vivaient deux des victimes.

Le maire Claude Morin invite chaque personne touchée de près ou de loin par le drame à aller chercher du soutien dans la communauté.

N'hésitez pas d'en parler. N'ayez pas peur de demander de l'aide. C'est le temps. Ne commettez pas l'irréparable parce que des fois, même si on ne connaît pas les victimes, si on vit l'incident, c'est dur à traverser, fait valoir M. Morin.

Claude Morin accorde une entrevue à Radio-Canada à l’intérieur d’un bureau.

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, a offert de venir en aide à la municipalité de Beauceville.

Photo : Radio-Canada

Il invite son homologue de Beauceville, François Veilleux, à ne pas hésiter à se tourner vers lui s’il en ressent le besoin.

S’ils ont besoin d’aide, Saint-Georges, on est là, lance le maire.

Prévention

Sur le plan de la prévention, Claude Morin croit qu’il y a des leçons à tirer de la catastrophe de Beauceville, entre autres sur la manière de combattre ce type d’incendie.

Selon les premières constatations, les employés ayant été blessés lors de l’explosion avaient commencé à combattre les flammes qui venaient de prendre naissance dans l’usine.

J'en parlais encore ce matin à mon responsable des pompiers, ici, à Saint-Georges, comment c’est important de dire aux gens [que] s'il y a un feu qui se déclare dans leur usine, n'essayez pas de jouer aux héros. Vous appelez les pompiers. On est formés pour ça, insiste le maire.

Montage photo des trois victimes.

L'incendie a coûté la vie à Mario Morin, 57 ans, Jean Lachance, 51 ans, et Martin Roy, 50 ans.

Photo : Facebook

De son côté, la Sûreté du Québec (SQ) poursuit son enquête sur les causes et les circonstances entourant l’incendie de Beauceville.

Le corps policier a publié une mise à jour de l’état de santé des blessés en fin de journée mercredi.

Une personne se trouve toujours dans un état critique, tandis que l’état des deux autres blessés graves s’est stabilisé.

L'enquête se poursuit

Puisque l’enquête de la SQ n’est pas encore terminée, la Ville de Beauceville préfère pour le moment n’émettre aucun commentaire sur l’incendie. Aucune entrevue ne sera accordée jusqu’à nouvel ordre.

Le maire François Veilleux a néanmoins tenu mercredi à transmettre, au nom de son organisation, ses condoléances aux familles endeuillées, aux travailleurs ainsi qu’à leurs proches.

Des véhicules d'urgence devant un immeuble industriel en feu.

L'incendie a lourdement endommagé les installations de l'entreprise Séchoirs de Beauce (archives).

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Il a également mentionné que le drapeau de l’hôtel de ville a été mis en berne et que la Municipalité apportera soutien et écoute à l’entreprise Séchoirs de Beauce pour l’aider à traverser cette dure épreuve.

Le maire de Beauceville invite toute personne ayant besoin d’aide psychosociale en lien avec les événements de lundi à composer le 811 et à choisir l’option 2.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.