•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel niveau de ventilation rend les écoles manitobaines sécuritaires?

Une pile de livres sur un pupitre près de fenêtres dans une classe.

Dans les écoles qui n'ont pas de système de ventilation mécanique, on peut ouvrir les fenêtres régulièrement pour aérer.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba donne des conseils pour améliorer la qualité de l’air dans les écoles pendant la quatrième vague de la pandémie de COVID-19. Les experts affirment que les connaissances continuent d’évoluer sur ce qui est nécessaire pour assainir l’air.

C’est évident que la ventilation joue un rôle dans la réduction du risque d’exposition au virus. Mais de savoir exactement jusqu’à quel point ça prend de la ventilation pour réduire le risque à sa limite pratique n’est pas clair, indique Bill Bahnfleth, professeur d’ingénierie architecturale à l’Université Pennsylvania State.

Il mène actuellement des recherches sur le contrôle des bioaérosols et la qualité de l’air. M. Bahnfleth est aussi le président du groupe de travail sur l’épidémie de l’American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning Engineers (ASHRAE), dont les recommandations sont à la source des directives du Manitoba sur la façon dont les écoles devraient faire fonctionner leurs systèmes de ventilation.

Pour réduire le risque de transmission du virus dans les écoles, l’ASHRAE et les experts en qualité de l’air recommandent de renouveler le volume d’air dans une pièce de 5 à 6 fois par heure. C'est le rythme auquel l'air est habituellement renouvelé dans un petit centre de santé, disent-ils.

Cinq à six changements d’air par heure, c’est l’objectif et pas un minimum, déclare Jeffrey Siegel, un expert en qualité de l’air au département de génie civil et minéral de l’Université de Toronto.

Pour ce faire, une école peut ouvrir les fenêtres des classes aux moments propices, ou encore elle peut utiliser des systèmes de filtration, comme des purificateurs d'air (HEPA) et, si elle a un système de ventilation mécanisé (CVE), elle peut le régler pour qu'il procède au renouvellement de l'air en fonction des besoins. Elle peut aussi utiliser un mélange de ces divers moyens.

Le Manitoba demande aux écoles de purifier l’air deux heures avant et après l’entrée des gens dans l’école. M. Bahnfleth spécifie que cette pratique est basée sur une ancienne recommandation de l’ASHRAE, faite plus tôt dans la pandémie.

L’Association estime maintenant que la ventilation devrait se faire entre les classes, pendant 30 à 36 minutes au moins 3 fois par jour.

Ventilation mécanique priorisée au Manitoba

Un porte-parole du gouvernement manitobain affirme que la ventilation mécanique reste la méthode privilégiée pour purifier l’air.

Il est important pour les écoles de consulter un professionnel qualifié en conception de systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) pour évaluer les espaces intérieurs et aider à identifier les besoins en ventilation, mentionne-t-il dans une déclaration écrite.

Le porte-parole indique aussi que l’utilisation de purificateurs d’air portables ou les purificateurs d’air (HEPA), qui fonctionnent avec des filtres, peut être envisagé en complément de la ventilation, si l’échange d’air est limité.

Les directives du Manitoba ne précisent pas de norme minimale pour les filtres, indiquant qu’ils doivent être bien ajustés, sans déviation d’air, inspectés et changés régulièrement.

Selon M. Bahnfleth, une ventilation et une filtration adéquates de l’air constituent une protection supplémentaire contre le COVID-19 dans les écoles, mais ne représentent qu’une partie de la solution.

Il estime que les écoles doivent aussi mettre l’accent sur la vaccination et les tests rapides, afin d’empêcher les personnes infectées par le virus de rentrer dans l’école. Il ajoute que la distanciation physique et le port du masque pour réduire les risques d’exposition au virus sont primordiaux.

Avec les informations de Cameron MacLean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !