•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légère baisse du nombre de signalements à la DPJ en Gaspésie et aux Îles

Maltraitance

La DPJ régionale note une diminution d'environ 2,5 % des signalements traités (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Dans son bilan 2020-2021, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de la Gaspésie-Les-Îles-de-la-Madeleine observe une baisse du nombre de signalements traités et retenus. Selon la DPJ, la pandémie serait liée à cette diminution.

Le nombre de signalements traités est passé de 1706 en 2019-2020 à 1661 pour l'année 2020-2021, ce qui signifie une diminution d'environ 2,5 %.

Le nombre de signalements retenus pour évaluation s'élève quant à lui à 629, soit 104 signalements de moins que pendant l'exercice de l'an dernier. Il s'agit d'une diminution d'environ 14 %.

Selon la directrice de la protection de la jeunesse par intérim pour la région, Michelle Frenette, les fermetures d'école occasionnées par la pandémie de COVID-19 sont à l'origine de cette baisse.

Les professionnels scolaires étant ceux ayant le plus longtemps les enfants parmi eux, qui voient les enfants, qui constatent parfois leur détresse, sont parmi les signalants [sic] les plus importants, rappelle Michelle Frenette.

Les personnes signalantes [sic], qui sont, dans une grande proportion, dans les milieux scolaires et les centres de la petite enfance, qu'on le veuille ou non, elles ont un impact sur l'entrée de signalements.

Une citation de :Michelle Frenette, directrice de la protection de la jeunesse par intérim pour la région

La directrice confirme toutefois qu'il y a une augmentation des signalements en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine depuis quelques années, soit une hausse de 15 % en 5 ans.

Mme Frenette attribue cette hausse à une population plus sensibilisée et alerte à la gestion de risques entourant la protection des enfants.

Toutes proportions gardées, la région se compare à l'ensemble du Québec en ce qui concerne le nombre de signalements.

Au Québec, ce sont 7420 adolescents qui ont bénéficié des services de la DPJ dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

La négligence et les mauvais traitements physiques figurent parmi les principales causes de signalement auprès de la DPJ.

La directrice régionale se réjouit de constater que ses équipes sont complètes, alors que la pénurie de main-d'œuvre sévit ailleurs au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !