•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Abitibi-Ouest demande des compensations en santé

Jaclin Bégin, préfet de la MRC d'Abitibi-Ouest

Jaclin Bégin, préfet de la MRC d'Abitibi-Ouest (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Déçus et inquiets du plan de contingence présenté par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue, les élus de l’Abitibi-Ouest demandent des compensations et un corridor de services.

Le préfet Jaclin Bégin affirme que s'il faut déplacer des patients de l'Abitibi-Ouest vers d'autres villes-centres, il importe de prévoir des alternatives pour ne pas accentuer davantage le manque de personnel médical. D’autant qu’il n’y a que deux ambulances affectées au territoire de La Sarre.

Si on doit faire des transferts régulièrement cet automne, cela devient très inquiétant pour nous au chapitre de la découverture ambulancière, mais si on doit aussi perdre pendant ce temps-là une inhalothérapeute, un médecin ou une infirmière dans le transport, ça devient inquiétant pour nous , a résumé Jaclin Bégin.

Dans une rencontre tenue mardi soir entre des représentants du CISSS-AT et des élus de l’Abitibi-Ouest, il a été demandé de mettre en place un corridor de services et que si un transfert devait s’effectuer, que les services partent du lieu où doivent aller les patients, ce qui éviterait de perdre une ambulance et des ressources professionnelles pendant la durée d’un aller-retour, qui ne pourrait s’effectuer en moins de deux heures au bas mot, entre l’Abitibi-Ouest et Rouyn-Noranda ou Amos.

Des compensations pour les familles

Les élus de la MRC d’Abitibi-Ouest demandent aussi au CISSS-AT de prévoir des compensations financières pour les familles qui risquent d’être confrontées à des situations complexes, alors que tous les cas seront réacheminés vers Rouyn-Noranda.

Ce sera très difficile pour les familles. Le CISSS-AT nous a répondu travailler à favoriser l’accès aux familles, surtout celles qui ne peuvent se déplacer facilement. Nous espérons un retour sur ce sujet, a précisé M. Bégin.

hopital de la sarre

L'hôpital de La Sarre (archives)

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Le Centre intégré de santé et de services sociaux a indiqué que les lits pour les soins intensifs seront réduits de 4 à 2, ceux pour les soins de courte durée de 30 à 15 lits.

Les élus n’ont pas réussi à avoir des précisions sur la durée de cette réorganisation, évaluée à environ quatre mois.

Notre crainte, qu’on a toujours eue, c’est que les services soient centralisés dans trois pôles. L’Abitibi-Témiscamingue est une région particulière, avec les longues distances que nous avons à parcourir, et nous tenions à nous faire confirmer le maintien des cinq pôles, a insisté Jaclin Bégin. La MRC d’Abitibi-Ouest estime avoir été rassurée sur ce point.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !