•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de signalements à la DPJ, mais plus de cas retenus dans la région

Un bambin est accroupi dans un terrain vert.

La DPJ au Saguenay-Lac-Saint-Jean est toujours à la recherche de familles d'accueil.

Photo : iStock

Radio-Canada

La direction de la protection de la jeunesse (DPJ) au Saguenay-Lac-Saint-Jean a traité 5429 signalements au cours de la dernière année. De ce nombre, 1866 ont été retenus par les professionnels. 

L’année a été marquée par une baisse du nombre de signalements, soit près de 400 en moins. 

Les signalements concernent, en grande majorité, la négligence (21 %), les abus physiques (18,9 %) ainsi que les mauvais traitements psychologiques (18,4 %). Le tiers des signalements provient d'employés d'organismes. 

Les écoles, garderies et loisirs n’étaient pas en opération pendant la période de confinement. C’est 400 signalements environ qui auraient fait le même chiffre que l’an dernier, explique la directrice régionale de la protection de la jeunesse et directrice provinciale, Caroline Gaudreault, qui a présenté le bilan annuel.

Seulement pour la période de confinement, entre le 1er avril et le 30 juin 2020, la DPJ a observé une baisse d’environ 24 % du nombre de signalements par rapport à la même période en 2019.

Deux femmes sont assises chaque côté d'une affiche de la DPJ.

L'agente de planification, programmation et recherche à la DPJ, Mélanie Martel, et la directrice de la protection de la jeunesse et directrice provinciale, Caroline Gaudreault, ont présenté le bilan de l'organisation.

Photo : Avec la gracieuseté du CIUSSS.

Les signalements retenus sont toutefois en hausse de 9,25 % en comparaison avec l’année précédente. 

Même si on en a reçu moins, on en a retenu beaucoup plus, précise la directrice. Lorsque les écoles ont été rouvertes, beaucoup de signalements et de situations s'étaient détériorés, ou souffraient de l’absence de services depuis longtemps, donc on a dû retenir plus de signalements que l'année dernière.

Personnel recherché

La direction de la protection de la jeunesse au Saguenay-Lac-Saint-Jean, comme beaucoup d’autres organisations, souffre d’un manque de main-d'œuvre. La directrice assure que son équipe est tout de même en mesure de répondre à la demande pour l’instant. On n’est pas en grosse période d’attente pour ce qui est des signalements. On réussit à répondre par différents moyens, on est très ingénieux, mais clairement, il nous manque du personnel.

Elle mentionne que 23 nouveaux postes seront prochainement affichés en protection de la jeunesse, des postes que la directrice espère pourvoir rapidement. Les employés sont toutefois plus difficiles à recruter dans certains secteurs, comme Chibougamau et Roberval. 

Besoin de familles d’accueil

La DPJ du Saguenay-Lac-Saint-Jean avait lancé un cri du cœur il y a un an afin de trouver davantage de familles désirant offrir un foyer aux enfants dans le besoin. Caroline Gaudreault indique que l’appel a été entendu, mais la recherche est toujours active.

On a eu quand même une belle réponse : 99 postulants se sont manifestés. De ces gens-là, on en a retenu 88. Il y a des familles d'accueil régulières, mais il y a aussi des gens connus de l’enfant et significatifs. Malgré ça, il en manque, déplore la directrice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !