•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : comment les médias sociaux ont éloigné le Dr Carignan de la sphère publique

le docteur alex carignan en entrevue sur un plateau de tele.

Le Dr Carignan continue de partager son savoir malgré les critiques dont il fait l'objet.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Alex Carignan, propulsé sur le devant de la scène dès le début de la pandémie, a songé à se retirer définitivement de la sphère publique. Il voulait se préserver des critiques haineuses qu'il recevait.

Vendu à l’OMS, vendu aux compagnies pharmaceutiques, payé par Justin Trudeau.

D’un ton calme et posé, le microbiologiste-infectiologue au CHU de Sherbrooke énumère quelques-uns des messages qu’il a reçus depuis qu’il apparaît dans les médias pour parler de la COVID-19. Si, aujourd’hui, il est capable de faire la part des choses, le spécialiste a dû apprendre à se prémunir contre ces attaques. Dans la première vague, j’en ai reçu passablement.

On se moque de son apparence physique, de sa voix nasillarde. Le médecin prend toutefois son courage à deux mains pour aller au front et parler d’un sujet qui polarise fortement. Une certaine tranche de la population est méfiante à l’égard des décisions prises par les autorités publiques et cela amène des débordements dans les commentaires sur les médias sociaux.

Je n’ai jamais eu de problèmes sur le fait qu’on discute de certains éléments scientifiques, mais parfois, ça devenait plus personnel pour essayer de diminuer mon message.

La limite est toutefois dépassée pour le Dr Carignan quand certains déposent des plaintes contre lui au Collège des médecins, des gens qui n'ont jamais eu recours à ses services médicaux. Ils se plaignent de propos tenus dans les médias et avec lesquels ils sont en désaccord.

Quand même, quand le Collège des médecins t’appelle pour te dire : "On a reçu une plainte à votre propos", ça génère beaucoup d’anxiété, même quand on sait que ce n’est pas fondé et que ça n’ira pas très loin. Ça touche notre intégrité professionnelle, notre personne, qui on est. C’est plus difficile.

Une citation de :Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue
Le Dr Alex Carignan en entrevue avec Patrice Roy.

Le Dr Alex Carignan a accordé de 350 à 400 entrevues aux médias depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Le devoir d’informer

Le médecin spécialiste est devenu, par la force des choses, l’une des figures médiatiques de la pandémie au Québec. Dès l’apparition des premiers cas, il a senti qu’il avait le devoir d’aller sur la place publique pour informer les citoyens le mieux possible du phénomène épidémiologique dans lequel la planète était plongée. Je ne me suis pas tellement posé de questions. C’est arrivé un peu comme une avalanche, se rappelle-t-il.

Dès les premières semaines, les événements se sont accélérés. Le nombre de cas a augmenté, une éclosion majeure a frappé une résidence pour aînés de Sherbrooke. Le Dr Carignan était passablement occupé par ses tâches cliniques, mais parallèlement, la demande médiatique s’est accentuée. Le service des communications du CIUSSS de l’Estrie CHUS lui a prêté main-forte pour coordonner les demandes d’entrevue avec son horaire déjà très chargé. Tout était organisé et réglé au quart de tour.

C’était très exigeant. C’est beaucoup de stress. À un moment donné, j’ai eu une baisse de régime au niveau de l’énergie, au niveau du moral. J’ai senti un vide.

Une citation de :Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue

Personnellement, ça m’amenait un peu d’anxiété, parce que plus on répond à des questions, plus on se rend compte que nos réponses ne font pas toujours l’affaire des gens.

Le Dr Alex Carignan sur un plateau de télévision.

Dès le début de la pandémie, le Dr Alex Carignan s'est retrouvé dans l'œil des médias.

Photo : Radio-Canada

Après quelques mois, le médecin spécialiste, qui est aussi professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke, n’en pouvait plus. Accablé par les nombreux messages haineux qu'il recevait, les critiques virulentes de complotistes, il a décidé à l’été 2020 de se retirer de la sphère publique pendant quelques semaines pour faire le vide face à tout ça. Sa réflexion l’a même amené à choisir le retrait médiatique définitif pour se préserver des attaques qu'il recevait.

Il a trouvé beaucoup de réconfort auprès de son noyau familial, sa conjointe et ses deux filles. Il se rappelle d'ailleurs avoir vu plusieurs aspects positifs au confinement et souhaite aujourd'hui en avoir tiré des leçons. On vivait beaucoup plus au jour le jour, et on va essayer de garder cette attitude pour le futur. Même s'il constate les bienfaits d'une vie loin des projecteurs, le scientifique s'inquiète de voir le doute se répandre par la voix des apôtres des théories du complot.

Quelques mois plus tard, devant la désinformation, son désir de faire un contrepoids et de rétablir les faits est revenu, plus fort que jamais. Particulièrement autour de la vaccination, un champ d’intérêt sur lequel il travaillait depuis des années.

Je sentais que j’avais à prendre ma place dans tout ça. Si les scientifiques disparaissent de la discussion, très rapidement, la vague de mauvaises informations va prendre le dessus.

Une citation de :Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue

Le médecin, qui est membre du Comité sur l'immunisation du Québec, a accepté de participer à un message publicitaire de Québec sur les mérites de la vaccination, ce qui a provoqué bon nombre de réactions. On lui a d'ailleurs reproché régulièrement de ne pas être assez critique à l'égard des recommandations du gouvernement. Mais cette fois-ci, il refuse de se laisser abattre et décide de poursuivre sa mission.

Il souligne toutefois être parfois en désaccord avec certaines mesures, mais il précise que les décisions que doivent prendre les élus ou la santé publique sont souvent complexes. Je me dis souvent que quand on n'est pas impliqué directement, c’est toujours facile de critiquer. Je comprends l’envers du décor, et c’est pour ça que je garde une certaine retenue face aux recommandations, précise-t-il.

Contre vents et marées, le Dr Carignan continue d’informer la population. Même s’il y a des écueils et des moments plus difficiles, l’expérience est enrichissante. Celui qui avoue être parfois susceptible dit retirer du positif de cet apprentissage de la vie.

Ça m’a aidé à me faire une carapace un peu plus épaisse face aux commentaires et d’avancer sans me soucier nécessairement de ce que les autres peuvent penser.

Ça commence avec vous

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !