•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des secteurs du Stawamus Chief fermés après deux éboulements

Une paroie rocheuse du mont Stawamus Chief.

Une trace teintée de brun rougeâtre peut être observée à l'endroit d'où un énorme bloc de granite s'est détaché du mont Stawamus Chief, le 20 septembre.

Photo : Radio-Canada / Tim Cyr

Radio-Canada

L'accès à un secteur du Stawamus Chief, à Squamish, est fermé au public après deux éboulements survenus lundi. Les conditions météorologiques extrêmes de cet été et d'importantes précipitations ces derniers jours pourraient avoir fragilisé la roche, selon des experts.

Culminant à plus de 700 m d'altitude, le massif est très populaire auprès des touristes, et ses parois abruptes sont fréquentées par de nombreux grimpeurs et amateurs d'escalade.

La première chute de pierres s'est produite vers 1 h 34. L'avalanche de granite était suffisamment puissante pour faire osciller l'aiguille d'un sismographe local.

Alexis Birkill, qui dirige Chiefcam.com, a capté l'éboulement à l'aide d'une caméra fixe.

Un autre éboulement, moins important, s'est produit vers 16 h 45, près du sentier Angel's Crest.

Aucun blessé n'a été signalé, mais les Services des parcs de la Colombie-Britannique et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Squamish exhortent le public à rester à l'écart des secteurs Grand Wall, Western Dihedrals, North Wall et Dark Side Bouldering et Slhanay.

Les parois d'escalade de ces secteurs sont fermées pendant que les ingénieurs-géotechniciens évaluent la sécurité des lieux et font les travaux nécessaires.

Les fermetures devraient durer tout l'hiver par crainte de voir d'autres débris se détacher de la paroi rocheuse à cause de la pluie et des températures glaciales.

Les principaux sentiers de randonnée qui mènent aux trois sommets du mont Stawamus Chief demeurent toutefois ouverts.

Des recherches scientifiques pour en savoir plus

Certains experts affirment que le changement climatique pourrait accroître le nombre de glissements et d'affaissements de la paroi rocheuse à l'avenir.

Gio Roberti, un alpiniste passionné et expert en risques liés au changement climatique à la société d'ingénierie Minerva Intelligence, explique que le plus grand éboulement s'est déclenché après que de fortes précipitations de 100 millimètres de pluie se furent abattues sur le mont, vendredi.

Les températures extrêmes de cet été ont pu provoquer l'expansion, puis la contraction de la roche par temps froid, ce qui a créé des fractures. Une fois que la roche était affaiblie, de fortes pluies ont aidé à la desserrer.

Il a fallu un certain temps pour que l'eau s'infiltre à travers toutes ces fissures et pousse le pilier du mur, explique M. Roberti.

À partir de ce mois-ci, un groupe de recherche de l'Université Simon Fraser utilisera la détection et la télémétrie par la lumière (LiDAR) et des faisceaux laser pour étudier la structure rocheuse et évaluer la sécurité et la stabilité de ses différentes sections.

Ils espèrent placer des sismographes pour localiser les zones à plus haut risque.

Toutefois, pour le responsable des initiatives scientifiques citoyennes au Centre de recherche sur les risques naturels de l'Université Simon Fraser, Paul Adam, les flocons de roche tombant du Stawamus Chief ne sont pas un nouveau phénomène.

Il croit qu'il est « exagéré » d'expliquer la chute de lundi par les changements climatiques.

Il ajoute toutefois qu'il vaut mieux éviter d'escalader le monolithe pour le moment. À ce stade, je lui donnerais probablement un peu de temps pour s’ajuster.

Le dernier éboulement aussi important survenu sur le mur nord, aussi appelé Zodiaque, remonte à 2015.

Cinq chutes de pierres ont été signalées cette année, et trois autres se sont produites sur le Grand Wall à la fin du mois de juin et en juillet.

Avec les informations d’Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !