•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions mitigées et des difficultés lors de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal

Une affiche bleue et blanche.

Cette affiche, installée dans l'ère de restauration d'un centre commercial, explique qu'une preuve vaccinale est exigée pour y pénétrer.

Photo : Radio-Canada / Paul Jones/CBC News

Radio-Canada

Depuis minuit mercredi, il faut présenter son passeport vaccinal pour entrer dans certains lieux en Ontario. Plusieurs établissements se disent prêts. D’autres ont plutôt décidé de modifier leurs activités pour éviter d’avoir à faire des vérifications. Encore faut-il que les citoyens soient en mesure d’obtenir et de montrer leur certificat vaccinal.

Pour télécharger ou imprimer votre preuve de vaccination sur le site du gouvernement de l’Ontario : cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Plusieurs Ontariens ont éprouvé des difficultés mercredi matin à télécharger leur certificat vaccinal. Un problème qui persistait encore en mi-journée.

Voici une chose amusante qui s'est produite : j'ai entré toutes mes informations pour télécharger mon certificat de vaccination, puis j'ai attendu 20 minutes que le PDF soit téléchargé pour me voir signifier cette erreur. Une erreur incorrecte, devrais-je spécifier, à moins qu'essayer de télécharger le reçu une fois soit "trop de fois", écrit cet internaute sur Twitter.

De son côté, le premier ministre Ford appelle les Ontariens à la patience et à la coopération alors que le système se met en place en faisant référence aux propriétaires d’entreprises et aux travailleurs de première ligne qui doivent vérifier à partir d’aujourd’hui la conformité du statut vaccinal de leurs visiteurs.

Je crois vraiment que cet outil, ces certificats sont la meilleure chance que nous ayons de traverser ces prochains mois sans avoir à reculer, précise-t-il.

Nerveux mais prêts

Ethan Llres Farkas, gérant du MAST Coffee et son équipe étaient prêts mercredi matin, mais tout de même un peu nerveux.

C'est sûr que ce matin on était un peu stressés. En étant dans Dundas Square, il y a beaucoup d’anti-masques et d’anti-vaxx dans le coin. Mais en général nos clients sont assez gentils et ils comprennent donc on n’a pas eu de problème jusqu’à présent.

Une citation de :Ethan Llres Farkas, gérant du MAST Coffee

Dès que [des clients] se dirigent vers une table, je leur demande s’ils vont rester, et si oui, de me montrer leur preuve de vaccination pour les deux doses, raconte-t-il en ajoutant que les gens savent généralement qu’ils ne font qu’appliquer les règlements.

Ethan Llres Farkas portant un masque s'adresse à un journaliste à l'intérieur d'un café.

Ethan Llres Farkas, gérant du MAST Coffee à Toronto était prêt à procéder à la vérification du certificat vaccinal de ses clients mercredi.

Photo : Radio-Canada / Thalia D'aragon-Giguère

Contourner la vérification vaccinale

Samantha Wiles est porte-parole du marché St Lawrence de Toronto qui rassemble tant des restaurateurs que des commerçants.

Plutôt que d’assigner des ressources à la vérification de documents, la direction du marché St Lawrence a pris la décision de retirer les places assises à l'intérieur où les gens pouvaient consommer un repas afin d’éviter de restreindre l’accès à certaines entrées et de vérifier le statut vaccinal de chaque client qui entre sur les lieux. La fréquentation d’une épicerie ou la cueillette d’un repas pour emporter n’est en effet pas soumise à la présentation du certificat vaccinal.

Comme il n’y a pas d'espace repas désigné et que les places assises sont dispersées [dans le marché], il était évident que c'était plus logique de les retirer , souligne la porte-parole.

Les commerçants et les restaurateurs préfèrent que nous laissions entrer davantage de clients qui viennent seulement faire des emplettes ou récupérer un repas à emporter [qu’ils consomment ailleurs] plutôt que de donner l’impression que l’accès au marché est ralenti par une file d’attente.

Une citation de :Samantha Wiles, porte-parole, marché St. Lawrence, Toronto
Vue extérieure du marché marché St Lawrence

Le marché St Lawrence a retiré les places assises à l'intérieur du marché afin d’éviter de restreindre l’accès à certaines entrées et de vérifier le statut vaccinal de chaque client.

Photo : CBC/Robert Krbavac

Vérification depuis déjà un mois

Certains commerçants et restaurateurs avaient commencé à n’accepter que des clients doublement vaccinés avant même l’entrée en vigueur officielle du passeport vaccinal. C’est le cas de Ian Chan, propriétaire de l'Emerson 109, un bar situé près de l'Université McMaster à Hamilton. Depuis environ un mois, son personnel et lui ont refusé des tables de clients potentiels et rejeté des certificats de vaccination contrefaits. Ce qui leur a parfois valu d’être injuriés.

La plupart des réactions négatives ont été de nature juvénile, comme des gens qui nous ont laissé des critiques à une étoile, a-t-il déclaré. Il n'a pas eu à faire face à de grandes menaces ou à des disputes, mais il a ajouté : nous avons eu une personne qui est partie en nous [insultant].

Refuser des clients après une année de restrictions et de fermetures n'est pas facile, mais M. Chan dit qu'il pense que c'est la bonne chose à faire, si ça peut éviter un autre confinement.

Pourquoi est-ce que je divertirais les gens qui sont à l'origine de la quatrième vague et qui risquent d'entraîner ma propre fermeture?

Une citation de :Ian Chan, propriétaire, Emerson 109

Les Ontariens doivent désormais montrer une preuve de vaccination pour entrer dans certains lieux, comme les espaces intérieurs des restaurants et les salles d’entraînement.

Geordan Thomas, le propriétaire de la salle d’entraînement United Boxing Club à Toronto, se prépare au passeport vaccinal depuis quelques jours. Le passeport vaccinal, c’est plus de travail pour nous, mais ça assure la santé de notre communauté.

Nous avons avisé tous nos abonnés, on a envoyé une lettre par courriel leur disant qu’à partir de mercredi, on va devoir avoir le statut vaccinal de tout le monde qui vient s’entraîner, ajoute-t-il.

Geordan Thomas montre son téléphone intelligent à une autre personne.

Geordan Thomas, le propriétaire de la salle d’entraînement United Boxing Club à Toronto, se prépare au passeport vaccinal depuis quelques jours.

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

L’application numérique se fait attendre

Les preuves de vaccination papier ou numériques seront acceptées jusqu'au mois prochain. La province prévoit le lancement le 22 octobre d'une application mobile qui comprend un code QR..

M. Chan se dit d’ailleurs déçu que l'application ne soit pas prête avant un certain temps. Son personnel a déjà trouvé des cas de documents de vaccination falsifiés, y compris ce qu'il a décrit comme un mauvais travail de Photoshop.

Élise Beauregard, résidente du comté de Simcoe, s'impatiente aussi. J’ai hâte que les Ontariens aient un vrai passeport vaccinal et qu’ils arrêtent de traîner des copies papier ou des copies d’écran de leurs preuves de vaccination, affirme la mère de famille.

Que vous soyez commerçant, entrepreneur ou simple citoyen, faites-nous part de votre expérience d’utilisation de votre passeport vaccinal à l’adresse suivante iciontario@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Myriam Eddahia, Stella Dupuy, Thalia D'Aragon-Giguère et Dan Taekema.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !