•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du pain sur la planche pour favoriser l’immigration en Gaspésie et aux Îles

Des mexicains dans un autobus.

E. Gagnon et Fils de Sainte-Thérèse-de-Gaspé embauche depuis 2018 des travailleurs étrangers pour pourvoir à ces besoins de main-d'oeuvre. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Si l’immigration régionale apparaît comme une des solutions à la pénurie de main-d'œuvre, beaucoup de travail reste à faire en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. La région occupe le dernier rang des régions du Québec pour le nombre d’immigrants reçus.

Les données datent de 2016, mais elles sont éloquentes; seulement 0,1 % des immigrants avaient choisi la Gaspésie et les Îles comme terre d’accueil, soit 950 personnes.

La majorité des immigrants qui s’installent dans la région sont des Européens qui parlent déjà français. C’est d’ailleurs, pour plus de 65 % d’entre eux, la langue déjà parlée à la maison.

Sur le plan de l’attraction des immigrants, la région n’a pas fait beaucoup mieux au cours des dernières années.

Selon le ministère de l’Immigration, de 2015 à 2019, 176 immigrants souhaitaient s’installer dans la péninsule ou dans l’archipel. Durant la même période, Québec a accueilli 246 301 nouveaux arrivants.

En 2020, seulement 15 immigrants ont choisi la région pour s’établir.

Migration temporaire

Comme beaucoup d’autres régions du Québec, celle de la Gaspésie et des Îles compte beaucoup sur les travailleurs temporaires pour pourvoir aux besoins de main-d’œuvre.

Là aussi, les arrivées se font au compte-gouttes, notamment depuis le début de la pandémie. Au 31 décembre 2019, 400 personnes de la région détenaient un permis de séjour temporaire, dont 130 avaient un permis de travail temporaire. Un an plus tard, c’était 270, dont 120 travailleurs.

Des étudiantes entrent au Cégep de la Gaspésie et des Îles, à Gaspé.

L'an dernier, la région comptait 170 étudiants étrangers.

Photo : Radio-Canada

En 2020, 150 étudiants étrangers étaient inscrits dans un établissement de la région comparativement à 270 en 2019.

Il est donc important pour les régions comme la Gaspésie et les Îles de miser sur des stratégies afin de convaincre les immigrants de choisir la région puisque c’est un enjeu important tant sur le plan de la démographie que de l’économie, relève le directeur régional du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Pierre-Luc Turgeon. Les partenaires, les organismes, les MRC déploient des efforts importants pour attirer des immigrants et pour avoir les conditions nécessaires pour qu’ils s’installent de manière durable. Il y a des défis importants au niveau du logement et du transport, constate M. Turgeon.

Accueil et intégration

L'autre défi des régions comme la Gaspésie ou l’archipel madelinot, observe M. Turgeon, est souvent leur éloignement des grands centres.

Montréal et Laval attirent à elles seules, 70 % de l’immigration au Québec.

Les petites régions sont souvent défavorisées parce qu’elles n’ont pas de communauté en provenance des pays d’origine pour aider à l’accueil ou à l’intégration. C’est pourquoi, indique Pierre-Luc Turgeon, les activités organisées par les Services d’accueil aux nouveaux arrivants (SANA) sont si importantes en région.

Depuis deux ans, le Ministère a donc investi 1,2 million de dollars dans diverses initiatives pour favoriser l’intégration des immigrants en Gaspésie et aux Îles.

Une pancarte sur laquelle on peut lire : « Petite-Vallée, 5 km » devant des chaises installées face au fleuve.

Le ministère entend soutenir les initiatives qui aident les immigrants à s'intégrer dans leur nouveau milieu de vie.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Cet argent a servi à financer des cours de francisation, des rencontres de socialisation ou des activités d’initiation aux réalités gaspésiennes et madeliniennes. Sept ententes ont aussi été signées avec des partenaires du milieu afin d’aider les personnes migrantes à s’installer dans la région et à y demeurer.

Québec a ouvert une antenne régionale pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie et offre désormais sur le territoire des services d’accompagnement pour les entreprises désireuses de faire appel à la main-d'œuvre immigrante. En Gaspésie, 19 entreprises ont eu recours à ses services.

Des agents d’aide à l’intégration ont aussi été embauchés et sont déjà intervenus auprès de 83 personnes immigrantes. Ces agents s’assurent que les personnes immigrantes sont bien entourées et confiées aux bons services pour des besoins comme le logement ou le travail.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.