•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 3000 signalements traités par la DPJ régionale dans la dernière année

Un enfant est assis dans des estrades avec son toutou.

Près de 3000 signalements ont traités en 2020-2021 par la DPJ régionale, dont un peu plus de 1000 ont été retenus (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

La Direction régionale de la protection de la jeunesse (DPJ) du Bas-Saint-Laurent a observé une légère augmentation dans le nombre de signalements traités et retenus en 2020-2021 par rapport aux années précédentes.

Dans un communiqué, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent soutient que près de 3000 signalements ont été traités dans la dernière année par la DPJ régionale, soit environ huit situations signalées par jour.

En 2019-2020, 2763 signalements avaient été traités par la DPJ du Bas-Saint-Laurent.

Un peu plus de 1000 signalements ont été retenus cette année, soit une hausse du taux de rétention d'environ 3,6 % par rapport à l'exercice de 2019-2020. Un peu plus du tiers des signalements traités sont donc retenus.

Les deux tiers des interventions de la DPJ portent sur des cas de sévices corporels, de négligence ou de mauvais traitement psychologique.

Comme dans les années passées, les signalements proviennent toujours en majorité des employés d’organismes publics.

Plus de la moitié des enfants pris en charge par la DPJ le sont en milieu familial dans la région.

Un peu plus de 11 % des enfants pris en charge habitent avec une personne significative pour eux, indique le CISSS.

La directrice de la protection de la jeunesse au Bas-Saint-Laurent, Anne Duret, se réjouit qu'il n'y ait pas eu explosion des cas depuis le début de la pandémie.

Elle ne croit pas que le nombre de signalements ait été sous-évalué en raison du confinement et de l'isolement des enfants.

Je ne peux pas présumer, avec ce que j'observe, que la pandémie a fait qu'on nous a moins signalé les enfants, compte tenu des augmentations que je vois annuellement où on est soit stable ou soit en légère augmentation, soutient-elle.

Même si les enfants étaient moins dans la sphère publique, il reste que l'un de nos principaux signalants, ce sont les voisins, c'est la famille.

Une citation de :Anne Duret, directrice régionale de la protection de la jeunesse

La Direction de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent analyse que de plus en plus d'enfants sont exposés à la violence conjugale, mais surtout aux conflits sévères lorsque des parents décident de se séparer.

À l'échelle provinciale, 117 904 signalements ont été traités en 2020-2021, soit environ 323 situations d'enfant par jour.

Il s'agit une légère diminution par rapport à 2019-2020.

Près 45 000 de ces signalements ont été retenus cette année dans la province, soit une hausse de 2,7 % par rapport à l'exercice précédent.

Avec des informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !