•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des syndiqués votent pour la grève, des actions envisagées dès octobre

Deux autobus scolaires dans un stationnement

Les chauffeurs d'autobus ont voté pour la grève.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

Les agents correctionnels, les chauffeurs d’autobus, les concierges, le personnel de soutien en éducation et les travailleurs sociaux ont voté pour donner un mandat de grève à leur syndicat.

Les sections 1251, 1253, 2745, 1418 du Syndicat canadien de la fonction publique du Nouveau-Brunswick (SCFP) ont voté à plus de 90 % pour la grève.

Avec ce mandat fort, les travailleurs de première ligne disent au premier ministre Higgs de les écouter attentivement. Les travailleurs du Nouveau-Brunswick sont les travailleurs du secteur public les moins payés au Canada. Ils veulent et méritent un accord équitable dès maintenant, affirme Stephen Drost, président du SCFP pour le Nouveau-Brunswick.

La semaine dernière, les employés de trois unités représentant les employés du New Brunswick Community College (NBCC), de Travail sécuritaire NB et des sténographes judiciaires s’étaient aussi montrés favorables à la grève.

Ce dernier vote fait en sorte que la moitié des 22 000 syndiqués du secteur public se sont prononcés

Les travailleurs de la santé se prononcent cette semaine

Dès jeudi, les syndiqués du secteur de la santé commenceront à voter. Le local 1252 représente près de 11 000 travailleurs de soutien des hôpitaux, dont les préposés aux bénéficiaires.

Stephen Drost a indiqué avoir envoyé une lettre au gouvernement provincial mardi soir afin qu’il revienne à la table de négociations et attend toujours une réponse.

Même si les syndiqués se prononcent pour la grève, il avance que personne au SCFP ne la désire.

Stephen Drost, président provincial de la division du Nouveau-Brunswick du Syndicat canadien de la fonction publique

Stephen Drost, président provincial de la division du Nouveau-Brunswick du Syndicat canadien de la fonction publique

Photo : Radio-Canada

C’est la dernière chose qu’ils veulent, mais ils se sentent obligés par le premier ministre qui ne veut pas négocier de bons salaires de bonne foi, dit M. Drost.

Si tous les syndiqués se prononcent pour la grève, le SCFP pourrait annoncer des moyens de pression plus tôt que tard.

Ceux-ci pourraient aller de la grève du zèle à la grève rotative et jusqu’à la grève générale.

Lundi, la province a annoncé avoir conclu des ententes de principe avec les unités syndicales qui représentent environ 7650 travailleurs de la santé, dont des infirmières, des pharmaciens et des psychologues qui travaillent dans les écoles et les hôpitaux. Ces syndiqués, qui ne font pas partie du SCFP, devront voter sur ces ententes de principe avant qu'elles soient entérinées.

Appelé à commenter l'avancement de ces négociations, le responsable des communications du SCFP, Simon Ouellette, a dit souhaiter que ces ententes soient bonnes pour les personnes concernées, mais que dans le cas du SCFP, pour l'instant, les offres gouvernementales ne sont pas acceptables aux yeux des syndiqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !