•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère dénonce la lenteur du dépistage au Nouveau-Brunswick

Un couple et une enfant devant une chute.

Les membres de la famille MacNeill sont en isolement depuis plusieurs jours au Nouveau-Brunswick.

Photo : Avec la gracieuseté de Sarah MacNeill

Radio-Canada

Sarah MacNeill est en attente depuis cinq jours pour que sa fille de 10 ans puisse passer un test de dépistage contre la COVID-19. Cette mère de Sackville se demande combien de personnes transmettent le virus lors de ces temps d’attente plus longs que normaux.

Sa fille Layla, une élève de la 5e année, est tombée malade le mercredi 15 septembre, en soirée, et est en isolement depuis.

Comme Layla avait de nombreux symptômes de la COVID-19 – fièvre, toux, mal de gorge, mal de tête, diarrhée et douleur musculaire – sa mère a fait une demande de rendez-vous jeudi après-midi sur le site Internet de la province.

Bien que le site signale qu’une attente de 24 à 48 heures est possible avant l’appel de la santé publique pour fixer un rendez-vous, Sarah MacNeill n’avait toujours pas de nouvelles samedi soir.

Elle a alors appelé Télé-Soins. C’est à ce moment qu’elle a été informée que le centre de dépistage de Sackville était fermé pour la fin de semaine.

En état de choc et frustrée d’avoir attendu en vain, Sarah MacNeill se demande pourquoi personne ne l’a avisée. Si elle avait su, elle aurait effectué une demande pour le site de dépistage à Moncton.

Clinique de depistage de la COVID-19 au Colisée de Moncton.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 au Colisée de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

L'employée du 811 lui a indiqué que cette action était possible, mais que ce changement pourrait signifier une attente de 72 heures de plus et annulerait sa demande existante pour un test de dépistage à Sackville. On lui a aussi dit que les résultats pourraient ensuite prendre quatre jours avant d’être dévoilés.

Sarah MacNeill a donc décidé d’attendre lundi, pour voir si un membre de l'équipe du site de dépistage de Sackville allait communiquer avec elle.

Pendant le week-end, Sarah MacNeill et son mari ont tous deux commencé à ressentir des symptômes de la COVID-19, et se sont alors eux aussi isolés.

Toujours sans nouvelles lundi midi, Sarah MacNeill appelle à nouveau le 811. Elle tombe alors directement sur un message préenregistré : Si vous avez attendu plus de 72 heures pour un test, allez sur gnb.ca/coronavirus et soumettez une demande.

Mardi après-midi, toujours aucun appel des autorités pour la prise de rendez-vous.

Combien de temps suis-je censée attendre? se demande Sarah MacNeill, qui indique que cette situation a été extrêmement nuisible à la santé mentale de sa fille, qui a manqué plusieurs journées d’école.

Elle me dit : "Maman, j’ai vraiment peur. Et si j’ai la COVID-19?" Ça lui donne énormément d’anxiété d’avoir à attendre jour après jour, dit Sarah MacNeill.

C’est un vrai désastre.

Une citation de :Sarah MacNeill

Une situation en cours d'être résolue, disent les autorités

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell, a admis qu’il y a des délais dans le processus de dépistage, particulièrement dans la région de Moncton. Elle a demandé lundi au public de faire preuve de patience.

Sarah MacNeill affirme que cette requête est difficile, car la situation crée énormément de désagréments et de stress au sein de sa famille.

Elle n’a pas expliqué pourquoi les gens ne sont pas informés des fermetures de sites de dépistage et pourquoi on ne leur donne pas d’autres options, souligne-t-elle.

Elle ajoute qu’elle connaît plusieurs familles à Sackville dans la même situation qu’elle.

Enseigne jaune d'une clinique de dépistage

Une clinique de dépistage de COVID-19

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Le vice-président aux affaires communautaires du Réseau de santé Horizon, Jean Daigle, indique qu’une très forte demande pour la prise de rendez-vous de tests de dépistage est en cours sur certains sites.

Il confirme que cette hausse de demande crée un temps d’attente plus long, mais ne précise pas combien de temps les gens attendent. Les temps d’attente varient selon les sites de dépistage, dit-il.

Jean Daigle affirme qu'Horizon tente d’augmenter son nombre de travailleurs sur les sites de dépistages et que, depuis vendredi, plus de 300 personnes ont montré de l’intérêt pour se joindre aux équipes qui travaillent dans les centres de dépistage.

Nous sommes en train de recruter les candidats qualifiés aussi rapidement que possible, dit Jean Daigle.

De son côté, Sarah MacNeill mentionne qu’elle et son mari ont repris du poil de la bête et que leur fille n’est plus que congestionnée et fatiguée pour le moment.

Avec les informations de Bobbi-Jean MacKinnon de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !