•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jets de Winnipeg : stabiliser la défense pour faire fructifier l’attaque

Deux gardiens se serrent la main après la fin de la série.

Est-ce que les Jets de Winnipeg ont ce qu'il faut pour faire un bon bout dans les séries printanières?

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

L'été a été passablement occupé pour le directeur général des Jets de Winnipeg. Résultat des courses: il s'agit peut-être de la meilleure formation depuis son retour au Manitoba, en 2011.

Les séries ne sourient pas aux Jets de Winnipeg depuis deux ans. Après la saison écourtée de 2020, due à la pandémie de COVID-19, les Jets ont plié bagage dans une série 3 de 5 contre leurs rivaux de Calgary. Il faut dire que l’équipe avait manqué de chance en perdant les services coup sur coup des attaquants Mark Scheifele et Patrik Laine dès le premier match.

La saison 2021 amenait son lot d’espoir à Winnipeg. Le directeur général Kevin Cheveldayoff avait amené de la stabilité à l’avant en acquérant les attaquants Paul Stastny et Pierre-Luc Dubois dans des échanges et comptait devant la cage sur le plus récent lauréat du trophée Vézina, Connor Hellebuyck.

En séries, les Jets n’ont fait qu’une bouchée des Oilers d’Edmonton, laissant présager un long parcours, mais le Canadien de Montréal leur a redonné la monnaie de leur pièce en les balayant à leur tour en quatre petits matchs.

Une image du coup vicieux de Scheifele envers Evans.

Mark Scheifele, des Jets de Winnipeg, manquera le premier match de la saison 2021-22 en raison de la suspension qu'il purge pour sa mise en échec sur Jake Evans en séries éliminatoires en juin dernier.

Photo : usa today sports / James Carey Lauder

Si cette série a bien évidemment été marquée par la violente mise en échec de Mark Scheifele à l’endroit de Jake Evans à la fin du premier affrontement, les Jets n’ont somme toute jamais été dans le coup contre Montréal, laissant envisager une intersaison occupée pour Kevin Cheveldayoff. 

Revoir la brigade défensive

Avec une attaque débordant de talent, comptant notamment sur les Mark Scheifele, Kyle Connor, Blake Wheeler, Nikolaj Ehlers et Pierre-Luc Dubois, en plus d’avoir l’un des meilleurs gardiens de la ligue, tout ce qui manquait à l’équipe de Winnipeg était une défense pouvant contenir l’adversaire.

Il patine avec la rondelle.

Nate Schmidt

Photo : Getty Images / Rich Lam

Le directeur général a donc profité du peu d’espace disponible sous la masse salariale de plusieurs équipes pour réaliser deux échanges. D’abord l’arrivée de Brenden Dillon, de Washington, contre deux choix de deuxième tour.

À la suite de quoi Kevin Cheveldayoff a cédé un choix de troisième tour aux Canucks de Vancouver pour le défenseur Nate Schmidt, procédant ainsi à une transformation immédiate de sa brigade.

L'éclosion du jeune défenseur Logan Stanley en séries a forcé la main de la direction, l'obligeant à le protéger lors du repêchage d'expansion du Kraken de Seattle, où les Jets ont perdu les services de l’attaquant Mason Appleton. Il devrait rapidement faire oublier le départ de Tucker Poolman dans le marché des joueurs autonomes (Canucks de Vancouver).

Avec les pièces qui étaient déjà en place, Neal Pionk, Josh Morrissey et Dylan DeMelo, le top 6 des Jets n’a jamais eu si fière allure depuis la finale d'association contre les Golden Knights de Las Vegas. La troupe de Paul Maurice pouvait alors compter sur les services de Jacob Trouba, de Dustin Byfuglien et de Ben Chiarot. 

Pouvoir protéger sa zone quand on compte sur un talent comme Connor Hellebuyck entre les poteaux est un luxe que s’est trop peu payé la formation winnipégoise dans les dernières saisons.

Connor Hellebuyck fait un arrêt de la jambière droite.

Le gardien de but des Jets de Winnipeg, Connor Hellebuyck.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

D’ailleurs, tout porte à croire que le cerbère numéro un de la formation devrait voir beaucoup d’action encore cette année avec le départ de son adjoint Laurent Brossoit pour Las Vegas. Tout porte à croire que le gardien de but de 26 ans Eric Comrie sera son adjoint, à moins d’une surprise au camp. 

Une attaque équilibrée

Les deux premiers trios des Jets demeurent inchangés, mais peut-être la saison 2021-22 sera celle l'où on commencera à voir un rôle accru pour Nikolaj Ehlers en avantage numérique. Le capitaine Blake Wheeler, à 35 ans, ne rajeunit pas. 

Les partisans espèrent une meilleure saison de la part de l’attaquant québécois Pierre-Luc Dubois, acquis en échange de Patrik Laine et de Jack Roslovic. Ses 20 points en 41 matchs ne sont pas à la hauteur de ses premières saisons avec les Blue Jackets de Columbus.

Carey Price surveille l'action alors que Brett Kulak et Pierre-Luc Dubois luttent devant son filet.

L'attaquant Pierre-Luc Dubois.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

Dans le troisième trio, le départ de Mason Appleton laisse une place à saisir aux côtés d'Adam Lowry et d'Andrew Copp. Il y a fort à parier que les recrues Kristian Vesalainen et Jansen Harkins seront au plus fort de la course pour l'occuper.

Malgré les départs des vétérans Nate Thompson et Mathieu Perreault dans le quatrième trio de la formation, les attaquants Riley Nash et Dominic Toninato devraient compléter l’attaque sans qu’elle perdre trop de mordant.

D’ailleurs, côté relève, l’organisation de Winnipeg est bien nantie. Elle peut se permettre de laisser les premiers choix au repêchage de 2019 et 2020, le défenseur Ville Heinola et l’attaquant Cole Perfetti, prendre du galon cette année dans la Ligue américaine. Il est clair que d’ici quelques années, ils seront appelés à jouer un rôle prépondérant au sein de la formation des Jets. 

Si Connor Hellebuyck peut tenir le coup dans la Division centrale, les Jets de Winnipeg devraient être des séries et y être pour longtemps. Limité par rapport au plafond salarial, Kevin Cheveldayoff a donné tous les outils nécessaires à son entraîneur-chef Paul Maurice, qui en est d’ailleurs à sa neuvième saison avec l’équipe, pour aspirer aux grands honneurs.

Une sortie hâtive du bal printanier serait une défaite immense pour l’ensemble de l’organisation. 

Un bandeau annonçant le balado de Radio-Canada Sports : Tellement hockey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !