•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le train léger a déraillé avant d’entrer en station, selon le BST

Un train sur rail arrêté et des bandelettes jaunes indiquant qu'il ne faut pas s'approcher.

Le déraillement du train léger est survenu dimanche dernier (Archives).

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Radio-Canada

Selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), le train léger qui a déraillé dimanche après-midi est sorti de la voie avant d'entrer à la gare Tremblay et a traversé un pont ferroviaire alors qu'une roue n'était pas sur la voie.

Des sources de CBC indiquent qu’une boîte de vitesses desserrée semble avoir causé le déraillement. Une analyse qui diffère de celle fournie par le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, qui avait accusé, lundi, le support d'un distributeur de sable.

La Commission du transport en commun a appris, lundi, qu'un train en direction ouest s'était arrêté entre les stations Tremblay et Hurdman, mais à aucun moment une personne d'OC Transpo n'a indiqué où le déraillement avait eu lieu.

Le BST, qui a envoyé un enquêteur sur les lieux, a déclaré mardi que celui-ci avait déraillé à son entrée à la gare Tremblay.

Le train a ensuite quitté la gare alors qu’il déraillait et a continué sur le pont ferroviaire qui traverse la promenade Riverside avant de heurter un mât de signalisation et un réchauffeur d'aiguillage adjacent, au nord de la voie 1, selon un communiqué.

On ne sait toujours pas quand la Ville, Rideau Transit et l'enquêteur du BST ont fait cette découverte, car ces détails n'ont pas été discutés lors de la réunion de la commission, lundi.

Lors de la réunion, M. Manconi avait indiqué qu'un support contenant une unité de distribution de sable sur le train aurait pu s’être délogé et avoir provoqué le déraillement.

Il a toutefois souligné que ces premières conclusions n'étaient pas concluantes et des sources ont finalement indiqué, mardi, qu’elles semblaient inexactes.

On ne sait toujours pas pourquoi ni l'opérateur ni le système de contrôle central du train léger n'étaient au courant qu'une roue était hors de la piste alors que le train poursuivait sa route à 400 mètres au-dessus de la promenade Riverside.

L’enquête se poursuit, dit la Ville

Les responsables de la Ville n'ont pas répondu aux questions de CBC sur le moment où les autorités ont appris que le déraillement avait commencé.

L'enquête est en cours et la situation est fluide, a déclaré le directeur des opérations d’OC Transpo, Troy Charter, par courriel.

Nous continuons d’examiner le véhicule et la voie pour déterminer ce qui s'est passé.

Selon le courriel de M. Charter, il pourrait y avoir plusieurs facteurs qui ont contribué au déraillement et toutes les possibilités sont à l'étude.

Nous n'avons pas reçu de conclusion définitive sur la cause de l'accident de la part des organismes d'enquête.

Un groupe de personnes portant des vestes de sécurité et des masques, sur les rails, devant un train léger à l'arrêt.

Les membres de plusieurs équipes impliquées dans l'enquête sur le déraillement du train léger survenu le dimanche 19 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Dans une note publiée mardi soir, M. Manconi a déclaré que son département n'était pas au courant qu'un rapport du BST serait publié et que nous n'étions pas au courant du contenu et des détails que nous n’avons pas validés.

Nous faisons un suivi auprès d'eux afin de leur demander de partager toute information rendue publique afin que nous puissions tenir le conseil municipal informé de tout développement, indique la note.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a refusé une entrevue avec CBC. Il a ensuite annoncé via Twitter qu'il déposerait un avis de motion, lors de la réunion du conseil de mercredi, pour proposer un service de transport en commun gratuit pour tous les clients du transport en commun pour le mois de décembre.

Le président de la Commission de transport en commun, Allan Hubley, a également décliné la demande d’entrevue de CBC.

Demande d'enquête publique

Les nouveaux détails du déraillement de dimanche ont choqué la conseillère Diane Deans, qui a également gazouillé l’image d'un citron pour décrire le train léger.

J'aimerais savoir quand le maire et le président ainsi que le directeur municipal et le directeur général d'OC Transpo ont obtenu cette information , a déclaré Mme Deans. J'ai l'impression qu'il y a une réelle aversion à partager des informations opportunes et complètes avec le public.

Catherine McKenney a déclaré qu'elle doutait que les informations récemment publiées par le BST n’étaient pas déjà entre les mains de la Ville avant la réunion de lundi.

Catherine McKenney veut une enquête publique complète sur l'offre, le contrat et tout ce qui concerne le train léger, du consortium au lancement du projet, il y a deux ans.

Les contribuables ont payé plus de 6 milliards de dollars et nous n'avons pas un seul train sur une voie aujourd'hui. C'est inadmissible, a déclaré Catherine McKenney.

Avec les informations de Joanne Chianello et Nicole Williams, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !