•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passeport vaccinal entre en vigueur en Ontario

Un homme et une femme masqués assis à une table dans une salle d'entraînement.

La salle d'entraînement United Boxing Club à Toronto a dû installer une table plus près de l'entrée afin de vérifier la preuve vaccinale des clients.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Anne-Marie Trickey

C’est mercredi que le passeport vaccinal entre en vigueur en Ontario. Bien qu’ils ne soient pas tous d’accord avec cette nouvelle mesure, plusieurs commerçants de disent prêts à s’y adapter.

Les Ontariens devront désormais montrer une preuve de vaccination pour entrer dans certains lieux, comme les espaces intérieurs des restaurants et les salles d’entraînement.

Le passeport vaccinal, c’est plus de travail pour nous, mais ça assure la santé de notre communauté.

Une citation de :Geordan Thomas, propriétaire de United Boxing Club

Geordan Thomas, le propriétaire de la salle d’entraînement United Boxing Club à Toronto, se prépare au passeport vaccinal depuis quelques jours.

Geordan Thomas qui sourit à l'extérieur de sa salle d'entraînement.

Geordan Thomas est le propriétaire de la salle d'entraînement United Boxing Club à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Nous avons avisé tous nos abonnés, on a envoyé une lettre par courriel leur disant qu’à partir de mercredi, on va devoir avoir le statut vaccinal de tout le monde qui vient s’entraîner, explique-t-il.

Ce commerçant ignore s’il va perdre des clients en raison du passeport vaccinal. Il constate cependant que la mesure en encouragera certains à choisir le United Boxing Club.

Il y a beaucoup de gens qui attendent que le passeport vaccinal soit mis en place pour revenir s’entraîner, dit-il.

M. Thomas n’est pourtant pas tout à fait d’accord avec l’initiative.

Ce n’est pas quelque chose que j'obligerais les gens à faire, dit-il. Le nom de mon club - United Boxing - démontre que mon but est d’unifier les gens. Ce passeport vaccinal va plutôt créer une division.

De son côté, le chef propriétaire du restaurant torontois Batifole Gourmand, Pascal Geoffroy, ne croit pas que cette mesure sanitaire soit nécessaire.

Je le vois comme une contrainte plus qu’une protection. Je le fais parce que c’est la loi, et je respecte la loi, mais je ne comprends pas le pourquoi du comment, lance-t-il.

Il ajoute d’ailleurs que le passeport vaccinal met une charge de travail supplémentaire sur ses employés. Il ne prévoit cependant pas de problèmes spécifiques.

J’espère que tout le monde va prendre ses responsabilités et respecter les règles.

Une citation de :Pascal Geoffroy, chef propriétaire du restaurant Batifole Gourmand

On va continuer de respecter les règles et on va maintenant demander aux gens de montrer une preuve de vaccination, dit-il. Dans plusieurs cas, les clients nous donnent déjà une preuve, donc je ne pense pas que cela va poser problème pour moi et ma clientèle.

Des réactions partagées

Par ailleurs, les Ontariens ne sont pas tous d’accord avec le passeport vaccinal, même s’ils sont doublement vaccinés. C’est d’ailleurs le cas d’Antonio Furtado, un résident de Toronto.

Je ne sais pas pourquoi c’est nécessaire. C’est de la discrimination, mais j’ai ma preuve et je suis prêt. Je ne peux rien y changer, dit-il.

Le Torontois Colin Wolf, quant à lui, soutient la mesure du passeport vaccinal.

C’est une très bonne idée et c’est une preuve que tout le monde prendra ses responsabilités en main, constate-t-il. Il faut protéger la santé publique de notre province.

Les preuves de vaccination papier ou numériques seront acceptées jusqu'au mois prochain. Dès le 22 octobre, la province a promis qu’une application mobile qui comprend un code QR sera lancée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !