•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un duel attendu entre Montréal et Halifax

Le CF Montréal affronte les Wanderers d'Halifax en quart de finale du Championnat canadien de soccer dans un match qui aura un cachet particulier pour certains joueurs.

Deux joueurs se disputent un ballon.

Samuel Salter, des Wanderers d'Halifax, sera l'un des joueurs à surveiller contre Montréal.

Photo : Nora Stankovic/OneSoccer

François Le Blanc

David contre Goliath. C'est de cette façon que l'entraîneur-chef des Wanderers d'Halifax, Stephen Hart, décrit l'affrontement de mercredi soir entre sa formation et le Club de foot de Montréal.

Deux joueurs de soccer

Samuel Piette, à droite, évolue pour le CF Montréal.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Ce match quart de finale du Championnat canadien de soccer semble inégal à première vue. Montréal évolue dans la ligue majeure de soccer (Major League Soccer, la MLS) tandis que les Haligoniens sont membres d'un circuit de niveau inférieur, la Première Ligue canadienne (CPL).

Un homme marche sur un terrain sportif entouré de gradins.

L'entraîneur des Wanderers d'Halifax, Stephen Hart.

Photo : Radio-Canada

C'est une soirée importante pour notre club, mentionne Hart. Nous avons peu souvent l'occasion de jouer des matchs de coupe, encore moins contre des équipes de la MLS.

Les Wanderers existent depuis maintenant trois ans. Ils ont perdu en finale de la ligue l'an dernier. Mais le début de saison a été laborieux, avec une seule victoire en sept parties.

La troupe de Hart s'est redressée et connaît une bonne séquence, avec huit parties de suite sans défaite (deux gains et cinq matchs nuls).

Le vis-à-vis de Hart à Montréal, Wilfried Nancy, mentionnait lundi, qu'il ne sous-estimait pas ses adversaires.

Jérémy Gagnon-Laparé (à droite) dispute le ballon à l'attaquant cubain Maykel Reyes dans un match entre le Canada et Cuba.

Jérémy Gagnon-Laparé (à droite) a joué cinq matchs avec l'équipe nationale canadienne.

Photo : Reuters / Chris Humphreys-USA TODAY Sports

Jérémy Gagnon-Laparé, milieu de terrain des Wanderers, sait que ce ne sera pas facile contre le CF Montréal, mais il savoure le moment.

On sait qui est en face de nous, on ne se fait pas de fausses impressions, dit-il. Il y a une belle tranquillité au sein de l'équipe. Et on va être beaucoup poussé par nos partisans, car il y a toute une ambiance qui est vraiment énergisante de jouer ici lors de nos matchs locaux.

Hart ajoute que ce n'est pas difficile de motiver ses ouailles. Il sait que certains seront déçus de ne pas jouer, en raison de l'importance du duel.

Même moi, si je le pouvais, j'aimerais pouvoir jouer dans cette partie, lance en souriant Stephen Hart.

En terrain connu

C'est la première fois que ces deux équipes s'affrontent. Mais malgré cela, on est en terrain connu. Pourquoi?

Dans le camp d'Halifax, il y a au moins 8 joueurs qui ont de liens avec le Montréal.

Samuel Salter (qui a des origines acadiennes), Jems Geffrard, Stefan Karajovanovic, Pierre Lamothe, Jérémy Gagnon-Laparé, Alessandro Riggi, Stefan Karajovanovic et Kareem Sow ont joué et été formés dans l'Académie de l'Impact de Montréal.

Impact est l'ancien nom de l'organisation montréalaise. D'autres sont originaires du Québec ou ont porté les couleurs des Carabins de l'Université de Montréal.

Samuel Salter estime que ce sera spécial mercredi. C'est excitant de jouer contre une équipe qui m'a donné une chance dans son académie. J'ai hâte.

Deux joueurs de soccer

Mathieu Choinière, de Montréal, à gauche, aura des adversaires coriaces à Halifax.

Photo : usa today sports / Eric Bolte

Et déjà, des messages se sont échangés entre les deux clans.

Oui, j'en ai eu un peu, avoue Mathieu Choinière, du CF Montréal.On me dit qu'ils avaient envie de gagner, qu'ils étaient prêts à tout pour passer au tour suivant.

Il y aura sûrement un petit salut avant la rencontre, dit Gagnon-Laparé qui ajoute que l'amitié restera au vestiaire lorsque les adversaires enfileront leurs couleurs d'équipe.

On sait ce que ça représente comme affrontement, il y a une valeur ajoutée à vouloir impressionner, ajoute-t-il. Mais ça va être là dans les 5 à 10 premières minutes du match. Après, il faut jouer.

La filière québécoise est importante pour Stephen Hart. Le mentor haligonien explique que c'est une combinaison de talent, d'adaptation et de disponibilité.

Il y a tellement de joueurs qui viennent d'ailleurs. Partir de leur province, c'est un changement d'environnement, mentionne-t-il.

Il souligne aussi que ceux qu'il recrute cadrent bien dans son système et que ça accélère le processus de progression des Wanderers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !