•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est parti pour la chasse à l’orignal au Nouveau-Brunswick

Deux chasseurs sont placés devant un orignal abattu en souriant.

Le temps est idéal pour les chasseurs, avec des nuits fraîches et des matins sans vent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une saison très attendue a débuté mardi matin au Nouveau-Brunswick : la chasse à l'orignal! Plus de 4800 permis ont été octroyés cette année par la province et des chasseurs chanceux ont déjà pu parader avec leur prise.

La bonne humeur était au rendez-vous et les orignaux aussi.

Un groupe de chasseurs n'a mis que quelques minutes, après le lever du soleil, pour abattre leur orignal.

C'était une grosse montée d'adrénaline. C'est un feeling incroyable, a déclaré le chasseur Vincent Guitard.

Vincent Guitard, à côté d'un orignal abattu.

Vincent Guitard était tout sourire après avoir abattu son orignal.

Photo : Radio-Canada

Vincent Guitard éprouve la fierté d'avoir visé juste, d'autant plus qu’il était accompagné de son père, qui célébrait son anniversaire.

Surtout en famille, avec la femme puis mon autre garçon aussi. Toute la famille était là. On a tous vu ça ensemble, puis on va célébrer pour mes 55 ans et notre récolte, oui, déclare son père Étienne Guitard.

À leur grande surprise, six orignaux étaient au rendez-vous. Un autre mâle, encore plus gros, était toutefois moins à leur portée. Une distance qui lui a probablement sauvé la vie, pour l'instant du moins.

Je suis pas mal sûr qu’il a gagné la loterie, c'est certain. Peut-être bien qu’il va rester là pour l'année prochaine. On va le souhaiter, dit Vincent Guitard en pensant à son prochain trophée de chasse.

Autre succès

Michel Nadeau est un autre chasseur fier de sa prise. C'est son frère Roland qui a appuyé sur la gâchette.

Michel soutient que dès leur arrivée, trois bêtes étaient sur leur site. Il y avait deux femelles pis le gros, le bonhomme. C'est le bonhomme qu'on voulait là.

Michel Nadeau, aux côtés d'un orignal abattu et d'un autre chasseur.

Michel Nadeau se dit prêt à célébrer.

Photo : Radio-Canada

Les chasseurs, prêts à célébrer

Entre-temps, les chasseurs n'ont pas de temps à perdre. Ils doivent s'assurer d'entreposer la viande bien au froid. Ensuite, ce sera le temps des célébrations.

Stéphane Doucet devant une maison, aux côtés d'un autre chasseur tenant la proie qu'il a abattue.

Stéphane Doucet apprécie particulièrement cette activité qu’il considère comme rassembleuse et festive.

Photo : Radio-Canada

C'est toujours le fun. À chaque année, on dirait qu'on vient toute... comme un cadeau de Noël.

Une citation de :Stéphane Doucet, chasseur

Tandis que la saison s’entame du bon pied, il faudra attendre encore un certain temps avant de connaître le nombre total de bêtes abattues dans la province.

La saison de chasse se termine samedi.

D'après un reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !