•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déçu, Erin O’Toole veut « tirer les leçons » de la défaite conservatrice

Portrait d'Erin O'Toole de profil, la mine basse.

Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada, en conférence de presse à Ottawa mardi.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

En ce lendemain de veille électorale, le chef des conservateurs fédéraux Erin O’Toole s'est dit « déçu du résultat » du scrutin et veut « tirer les leçons » de la performance de son parti pour gagner lors des prochaines élections « dans 18 mois ».

Comme leader, je vais travailler avec les membres de mon caucus pour apprendre les leçons pour la prochaine fois, a-t-il dit en point de presse au lendemain de l'élection d'un gouvernement libéral minoritaire.

Nous sommes tous déçus par les résultats d'hier. Nous avons quelques gains, mais aussi des pertes, a-t-il ajouté, disant avoir entamé un processus pour faire l'autopsie de ces résultats.

Mardi, le Parti conservateur du Canada (PCC) était en voie d'obtenir 119 sièges, soit un peu moins que les 121 députés élus par les conservateurs d'Andrew Scheer en 2019.

Les libéraux étaient crédités de 158 sièges, le Bloc québécois en obtenait 34, le Nouveau Parti démocratique, 25, et le Parti vert, 2.

Tout comme en 2019, les conservateurs ont remporté la bataille du vote populaire avec plus de 34 % des voix, soit près de deux points de pourcentage de plus que les libéraux. Aux dernières élections, le PCC avait obtenu 34,3 % des voix, contre 33,1 % pour le Parti libéral.

Dans environ 30 circonscriptions, nous étions à 2000 voix des libéraux, a souligné Erin O'Toole.

Il a toutefois reconnu que, dans certaines circonscriptions, le Parti populaire du Canada (PPC) de Maxime Bernier leur avait fait mal. Je suis déçu du résultat, particulièrement dans les circonscriptions où on a vu des votes par frustration pour le PPC, on doit examiner notre stratégie, a-t-il dit.

La veille, Erin O'Toole avait adressé une mise en garde à Justin Trudeau, lui disant que le Parti conservateur serait prêt si jamais le premier ministre souhaitait déclencher des élections anticipées en raison de sa minorité, encore une fois.

Pendant la campagne électorale, lors du Face-à-Face organisé par TVA, M. Trudeau avait laissé entendre que l'élection d'un autre gouvernement minoritaire pourrait entraîner le déclenchement de nouvelles élections 18 mois après son arrivée au pouvoir.

Mardi, Erin O'Toole a servi la même mise en garde : J'ai déjà pris les premières mesures requises pour assurer que le Parti conservateur [...] se consolide vers la défaite de Justin Trudeau.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !