•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus sur la Côte-Nord remettent en question la pertinence de l’élection fédérale

La carte électorale de l'Est du Québec.

Tous les députés en place conservent leur poste dans l'Est-du-Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des élus sur la Côte-Nord remettent en question la pertinence de l’élection fédérale au lendemain de la soirée électorale.

Comme de nombreux observateurs, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, déplore que l’élection fédérale de lundi soir se solde en un parlement presque inchangé. Selon lui, un gouvernement avec des projets rassembleurs devrait savoir gouverner en situation minoritaire.

Outre le coût de ces élections, plus de 600 millions de dollars, Réjean Porlier rappelle que le processus d’adoption de plusieurs projets de loi a été interrompu par l’exercice.

C’est d’avoir changé quatre 30 sous pour 1 dollar. C’est comme si, finalement, on a juste inséré une page blanche et on continue ce qu’il y avait avant, croit M. Porlier.

Réjean Porlier au micro de Radio-Canada

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Malheureusement, il y a des projets de loi qu’il va falloir recommencer à zéro et je sais qu’il y en avait un important pour les régimes de retraite qui était en discussion. J’espère que ça va voir le jour tout ça, mentionne-t-il.

Le maire de Sept-Îles craint que le pays ne soit replongé en élection d’ici un an et demi.

Pour sa part, le maire de Tadoussac, Charles Breton, constate les résultats sans grand étonnement. Mme Gill est très appréciée dans notre milieu. Je ne suis pas surpris qu’elle ait été réélue, commente-t-il.

Toutefois, il remet en question la pertinence de la tenue de l’élection fédérale. Ces élections-là n’étaient peut-être pas dans un bon moment, dans une période où la COVID-19 est toujours une menace. Ce n’était peut-être pas la priorité en général. Je ne suis pas étonné que les gens n’aient pas trop la tête à la politique fédérale.

Le maire de Tadoussac sur le haut des dunes.

Charles Breton est maire de Tadoussac (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Fage

C’est le statu quo dans l’Est-du-Québec à la suite des élections fédérales du 20 septembre : les députés restent en poste et le Bloc Québécois solidifie ses assises.

Pourcentage du vote en 2021 et variation par rapport à 2019

Candidats

scrutin de 2021

variation par rapport au scrutin de 2019

Maxime Blanchette-Joncas (Rimouski-Neigette–Témiscouata-Les Basques)

49,5%

+11,5 points

Kristina Michaud (Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia)

60,3 %

+8,7 points

Marilène Gill (Manicouagan)

52,6 %

-1,4 point

Les attentes du milieu économique

Gabriel Striganuk, président de la Chambre de commerce de Sept-Îles–Uashat mak Mani-Utenam, croit également que le faible taux de participation sur la Côte-Nord traduit le manque d’intérêt pour la politique fédérale en temps de pandémie.

M. Striganuk a cependant des attentes importantes pour Justin Trudeau et son parti. La relance économique doit être primordiale pour les libéraux, dit-il d’entrée de jeu en entrevue avec Boréale 138.

Il rappelle que la plus grande préoccupation des PME sur la Côte-Nord demeure la rareté de main-d’œuvre et, de plus en plus, la disponibilité des biens. Selon M. Striganuk, de nombreuses entreprises semblent avoir certaines difficultés à s’approvisionner dans différents secteurs.

On commence à avoir des échos assez graves que des commandes ont passés de six à huit mois [de retard]. À trois mois de Noël, beaucoup de commerçants ont de grandes craintes de ne pas avoir ce qu’il faut sur les tablettes pour les Fêtes, qui sont un moment habituellement très fastes pour eux, évoque-t-il.

Le président de la chambre de commerce est d’avis que le nombre limité de places en garderie freine aussi le retour au travail et par conséquent, la relance économique.

On peut bien parler de croissance économique, mais si on ne peut pas attirer de nouvelles familles en leur offrant des places en garderie pour leur enfant, on n’ira nulle part.

Une citation de :Gabriel Striganuk, président de la Chambre de commerce de Sept-Îles–Uashat-Maliotenam

Rodrigue Vigneault quitte la politique

Par ailleurs, le candidat du parti conservateur dans Manicouagan, Rodrigue Vigneault, qui est arrivé deuxième lors de l’élection du 20 septembre, annonce la fin de ses ambitions politiques.

Rodrigue Vigneault, candidat du du Parti conservateur dans la Manicouagan.

Rodrigue Vigneault était candidat du Parti conservateur dans la Manicouagan (archives).

Photo : Radio-Canada

M. Vigneault, qui n’a pas souhaité accorder d’entrevue à Radio-Canada, a reçu un peu moins de 22 % des voix, contre 52,6 % pour la bloquiste et députée sortante Marilène Gill.

Selon Rodrigue Vigneault, le cynisme de la population nord-côtière envers la politique et cette élection est démontré par le faible taux de participation de 47 % pour la circonscription de Manicouagan.

Selon le conservateur, la circonscription est dans l’opposition depuis 28 ans et durant cette période, une organisation syndicale a dicté la couleur de l’élection d'après lui.

avec les informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !