•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Quelque chose a très mal tourné », dit Elizabeth May des résultats du Parti vert

Le nombre de votes obtenus par les verts a chuté, passant de 6,5 % en 2019 à 2,3 % en 2021.

Elizabeth May suit les résultats électoraux du 20 septembre 2021 à Victoria, en Colombie-Britannique.

L'ex-cheffe du Parti vert, Elizabeth May, croit que la formation doit faire un important travail d'introspection pour comprendre ce qui s'est passé le 20 septembre.

Photo : La Presse canadienne / Dirk Meissner

L’ancienne cheffe du Parti vert du Canada (PVC), Elizabeth May, réélue lundi dans sa circonscription de Saanich-Gulf-Islands, a affirmé que le parti avait un « très grand travail d’introspection à faire » à la suite des résultats obtenus par ses candidats partout au pays.

Quelque chose a très mal tourné, a dit la députée lundi soir. Nous allons vouloir savoir pourquoi, nos membres vont vouloir savoir pourquoi, nous allons examiner ce qui s’est passé et nous assurer que cela ne se reproduise pas.

Le nombre de votes obtenus par le PVC a chuté, passant de 6,5 % des voix lors des élections de 2019 à 2,3 % à celles de lundi.

Le parti a fait élire deux députés, dont Mme May, mais pas sa cheffe, Annamie Paul. En 2019, trois candidats verts avaient fait leur entrée au Parlement, dont Jenica Atwin. Celle-ci a claqué la porte du parti en juin dernier et pourrait être réélue dans la circonscription de Fredericton, cette fois sous la bannière libérale.

Avant le comptage des votes postaux, Paul Manly était en troisième position dans le comté de Nanaimo-Ladysmith, qu’il représente depuis 2019, derrière la candidate néo-démocrate et la candidate conservatrice.

Nous avons un très grand travail d’introspection à faire comme parti, sur ce qui a mal fonctionné dans la préparation des élections, dit Elizabeth May, réélue avec environ 37 % des voix dans Saanich-Gulf-Islands, en Colombie-Britannique, contre près de 50 % en 2019.

L’ex-cheffe des verts se demande notamment pourquoi son parti n’a pas réussi à présenter un candidat dans presque toutes les circonscriptions du Canada, comme il l'avait fait lors des dernières élections.

Annamie Paul quatrième dans Toronto-Centre

Se refusant à critiquer Annamie Paul, Mme May se questionne toutefois sur sa volonté de se présenter dans la forteresse libérale de Toronto-Centre, une décision risquée, selon elle. Mme Paul y a terminé quatrième, avec moins de 10 % des votes.

C’est son choix, a expliqué Elizabeth May à l’émission Phare Ouest. C’est à cause de ses racines [...] dans cette circonscription.

Mais, dans le monde politique, c’est une erreur, oui, a-t-elle ensuite ajouté. Mais, maintenant, j'attends sa décision, c’est une question pour elle : qu’est-ce que l’avenir pour Annamie Paul?

En fin de soirée lundi, la cheffe du PVC a admis sa déceptiondevant ses partisans. C’est difficile de perdre. Personne n’aime perdre. Elle n’a cependant rien indiqué de ses intentions pour la suite des choses.

Annamie Paul fait un câlin à quelqu'un lors de son rassemblement de la soirée électorale.

La cheffe des verts Annamie Paul a été défaite dans Toronto-Centre lundi soir.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Un résultat catastrophique

Selon la professeure en études politiques à l'Université d'Ottawa Geneviève Tellier, les résultats du PVC et de sa cheffe sont une catastrophe.

Et je ne dis pas le mot à la légère, dit-elle. [Annamie Paul] a passé à peu près l’entièreté de la campagne dans Toronto-Centre en disant : "Ma stratégie, c’est de me faire élire."

Son pari n’a pas fonctionné, et son parti est divisé, ajoute-t-elle.

Selon l’analyste politique Duncan Cameron, la défaite de Paul Manly dans Nanaimo-Ladysmith, sur l’île de Vancouver, est une petite surprise, mais il ne s’en étonne pas outre mesure.

Dans une élection, c’est le chef qui compte, c’est le chef qui tire les candidats, affirme-t-il. Les verts étaient très mal pris avec l’ambiance dans le parti.

Annamie Paul a dû affronter une fronde au sein de sa formation au courant de l’été et a échappé de justesse à un vote de défiance demandé par des membres de son parti.

Les verts ont toutefois réussi à faire élire un premier candidat en Ontario, dans Kitchener-Centre, profitant du retrait du député libéral sortant, Raj Saini, qui a mis fin à sa campagne au début du mois de septembre après des allégations de harcèlement.

Mike Morrice accompagnera donc Elizabeth May à Ottawa dès que le Parlement recommencera à siéger.

Avec des informations de l’émission Phare Ouest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !