•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aires protégées menacent l’industrie régionale, clame Alliance forêt boréale

Pascal Cloutier.

Le président d'Alliance forêt boréale et aussi maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Alliance forêt boréale persiste à déplorer le recul de Québec dans le dossier des coupes prévues puis annulées dans le secteur de l'aire protégée demandée sur les rives de la rivière Péribonka, dans le nord du Lac-Saint-Jean.

Le 14 septembre, les ministères de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) ainsi que celui des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFPP) avaient annoncé que les coupes n'auront pas lieu cette année et qu'une discussion allait suivre pour déterminer quelle portion sera protégée.

Alliance forêt boréale, qui regroupe des communautés et des travailleurs qui vivent de l'industrie forestière, s'élève contre la création d'aires protégées sur le territoire de coupe du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Tous les projets d’aire protégée ont des impacts directs sur la possibilité forestière puisque ces superficies sont exclues des forêts aménagées. Il est clair que ces projets sont des menaces considérables pour la foresterie régionale, car en diminuant la possibilité de récolter la forêt, c’est toute la grappe industrielle reliée à la filière forestière qui est menacée et en finalité, ce sont des milliers de travailleurs et leurs familles qui écoperont, a fait savoir dans une lettre ouverte le président du regroupement, Pascal Cloutier. La possibilité forestière représente la quantité de bois qui peut être récoltée sur un territoire donné pendant une période donnée.

Celui qui est aussi maire de Dolbeau-Mistassini dit également craindre les impacts du prochain plan de protection du caribou forestier qui sera annoncé éventuellement par le MFFP. Une autre baisse de possibilité forestière liée à la mise en place de la nouvelle stratégie signifie la fermeture définitive de plusieurs scieries et entrepreneurs forestiers, sylvicoles, fournisseurs de services, de cette base industrielle de notre territoire, a-t-il poursuivi. Le plan devrait viser à réduire le niveau de perturbation en forêt, ce qui est ciblé comme étant la cause principale du déclin du caribou forestier au Québec. L'aménagement de chemins forestiers, entre autres, permettrait à ses prédateurs d'avoir le dessus.

Pascal Cloutier, qui a déjà annoncé qu'il ne se représentait pas dans la course à la mairie, a conclu en affirmant que les gouvernements doivent comprendre que la reprise économique régionale passe par l’industrie forestière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !