•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : des élus municipaux en terrain connu

La tour de la paix du parlement.

L'édifice du parlement à Ottawa.

Photo : Reuters / Chris Wattie

L’absence de changements dans la carte électorale des deux circonscriptions de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine n’est pas sans avantage pour les élus municipaux qui sont déjà en discussions sur plusieurs enjeux avec les députées nouvellement reportées dans leurs fonctions.

Appelé à commenter les résultats de l'élection fédérale en Gaspésie et aux Îles, le président de l’Union des municipalités du Québec, maire de Gaspé et préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé, Daniel Côté, admet que la table est déjà mise pour plein de dossiers .

Les problématiques comme la pénurie de main-d’œuvre, les changements climatiques, les infrastructures fédérales désuètes sont déjà pleinement connues et ont été discutées et analysées.

Ça peut être vu comme facilitant, mais c’est avant tout le choix des électeurs , relève toutefois Daniel Côté.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le maire Jonathan Lapierre, porte-parole des régions au sein de la Fédération québécoise des municipalités, accueille les résultats avec l’espoir que cela facilitera l’avancement de dossier comme celui de la réfection du port de Cap-aux-Meules. Les attentes sont là et on a bien hâte de recommencer le travail qu’on avait suspendu durant la campagne électorale.

Dans Avignon

Si la libérale Diane Lebouthillier, élue pour un troisième mandat dans Gaspésie-Les les-de-la-Madeleine, est au fait des préoccupations des élus, c’est aussi le cas de la bloquiste Kristina Michaud, élue dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, rapporte le maire de Carleton-sur-Mer et préfet d’Avignon, Mathieu Lapointe.

Même si elle n’a occupé ses fonctions de député que pendant 22 mois, elle demeure très présente auprès de ses commettants, souligne M. Lapointe. Elle a une équipe solide sur le territoire. Ça va nous faire plaisir de continuer à travailler avec elle, elle est très impliquée dans son milieu. On l’a très bien vu.

Le maire rappelle que la cession du quai de Miguasha à la municipalité de Nouvelle est toujours en pourparlers. Les élus souhaitent en arriver à une entente au cours des prochains mois.

Le maire de Carleton-sur-Mer est particulièrement préoccupé par l’impact qu’auront les changements climatiques. Ce sont de gros éléments qui vont toucher l’ensemble de la région et il faut s’assurer d’avoir l’argent du fédéral , note M. Lapointe.

Mathieu Lapointe se dit aussi soucieux de la distribution des 6 milliards de dollars promis au Québec par le gouvernement fédéral dans le cadre de l’implantation d’un service de garderie publique pancanadien.

Les maires restent à l’affût pour surveiller comment sera utilisé cet argent au Québec.

Pénurie de main-d'oeuvre et immigration

L'ombre de la pénurie de main-d'oeuvre plane par contre sur le développement de nouvelles places en garderie. On a beau avoir tous les millions du monde pour développer des places en garderie, si on n’a pas de monde, on n’est pas plus avancé , observe le maire des Îles, Jonathan Lapierre.

Des solutions comme le maintien en emploi des travailleurs expérimentés, la régionalisation de l’immigration, la gestion des travailleurs étrangers temporaires doivent être mises en place, relève pour sa part Daniel Côté.

C’est le cas aussi de la réforme de l’assurance-emploi qui pourrait aider les entreprises à recruter plus de travailleurs, estime Jonathan Lapierre. Il y a une certaine volonté de moderniser l’assurance-emploi. Il faut arrêter de le dire et le faire.

Même chose, poursuit M. Lapierre, avec la régionalisation de l’immigration. Il faut passer de la parole aux actes. Il faut déployer des services et des ressources humaines, mais aussi avoir un soutien financier du gouvernement fédéral pour intégrer ces gens-là. C’est une bataille de tous les instants. On a bien hâte de reprendre le boulot puisque chaque semaine qui passe amène son lot de défis.

Minoritaire ou majoritaire, cela ne doit pas empêcher le prochain gouvernement de faire avancer des dossiers, notamment ceux de la pénurie de main-d'œuvre et de l’immigration, conclut le maire des Îles.

Écouter la table ronde des préfets à l'émission Bon Pied, bonne heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !