•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des représentants du Saguenay-Lac-Saint-Jean tendent la main aux députés élus

Vue sur la ville de Saguenay et la rivière du même nom.

Le portrait régional est demeuré inchangé après le scrutin du 20 septembre.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Au lendemain de l’élection fédérale où les trois députés sortants ont retrouvé leur siège à la Chambre des communes, les intervenants du Saguenay-Lac-Saint-Jean souhaitent que la région ne soit pas oubliée alors qu’elle n’a aucun représentant au sein du gouvernement au pouvoir.

Si elle remporte l'élection municipale du 7 novembre, la mairesse sortante de Saguenay et cheffe de l’Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, s'engage à collaborer avec les deux députés du territoire, Richard Martel (Chicoutimi-Le Fjord) et Mario Simard (Jonquière) afin que Saguenay reçoive des investissements fédéraux, notamment pour la zone industrialo-portuaire.

Elle a rappelé l'importance qu’un observatoire sur l’aluminium voit le jour et que tous les emplois fédéraux soient maintenus à Saguenay. Elle souhaite aussi que la base militaire de Bagotville reçoive les montants nécessaires pour moderniser ses infrastructures.

Josée Néron à la table du conseil de ville.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron

Photo : Radio-Canada

J’entends respecter le choix de la population au niveau des différents élus. Si je suis réélue le 7 novembre prochain, j’entends continuer là où on va avoir laissé et travailler avec eux pour s’assurer que notre ville et notre région tirent notre part du gâteau dans les investissements fédéraux, a assuré Mme Néron.

Pour sa part, la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord veut s'assurer que les projets régionaux fassent leur chemin jusqu'à Ottawa et espère que le développement économique sera au cœur des priorités des élus.

On va s'assurer que la situation de la main-d'œuvre, les projets régionaux qui sont portés par les instances régionales continuent d’être au cœur des discussions à Ottawa. C’est notre rôle de le faire et on va travailler aussi avec les acteurs présents dans la région qui ont déjà une bonne connaissance des dossiers, a commenté la vice-présidente et directrice générale Sandra Rossignol, ajoutant que les investissements au Port de Saguenay étaient cruciaux pour l’ensemble de la région.

Quelques jours avant le déclenchement de la campagne, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de 33 millions de dollars pour un important projet de convoyeur électrique. Le gouvernement du Québec a investi la même somme pour améliorer le rendement et les fonctions des installations portuaires.

Un navire accosté au port de Grande-Anse pour être chargé de billes de fer.

Les installations de Port Saguenay à La Baie.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Pour Sandra Rossignol, la relance économique doit faire partie des priorités du gouvernement alors que la pandémie de COVID-19 fait toujours rage.

C’est une période au cours de laquelle il est essentiel que les gouvernements jouent un rôle afin de stimuler l’économie. On parle beaucoup de la relance, on est dans une quatrième vague, nos entreprises ont été impactées en cette pandémie, elles veulent revivre, donc c’est important de parler de relance économique, a-t-elle mentionné.

Investissements souhaités en aluminium

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida, Donat Pearson, affirme qu’il va continuer de travailler avec les députés réélus à Ottawa, comme il le faisait depuis 2019. 

Donat Pearson croit qu’ils transmettent bien les messages de l’industrie de l’aluminium au gouvernement fédéral même s’ils ne sont pas au pouvoir. Il souhaite notamment que la région puisse bénéficier d’investissements dans ce secteur au cours des prochaines années. Il mise d’ailleurs sur la création d’un observatoire de l’aluminium pour bien positionner son industrie.

Je pense qu'on se doit de garder l'œil sur les exportations, sur les taxes, à savoir si les Américains vont réimposer des taxes ou pas sur les tarifs, souligne le représentant syndical. Je pense qu'il faut garder l'œil ouvert là-dessus.

Le député de Jonquière sur la scène provinciale, Sylvain Gaudreault, est aussi préoccupé par la transition des emplois dans le secteur de l’aluminium, notamment avec des technologies comme celle développée à l’usine Elysis et les investissements dans cette industrie à un moment où le prix du métal gris atteint des sommets.

Il est d’avis que Justin Trudeau doit tirer des leçons de la dernière élection. Il a certainement reçu un message de la population à l'effet que dans le fond, le Parlement ne fonctionnait peut-être pas au goût de M. Trudeau, mais il fonctionnait au goût des électeurs et les électeurs ont dit on fait du copier-coller par rapport à la situation précédente, dit Sylvain Gaudreault. C'est une grande leçon de politique!

Industrie forestière

Le maire de Dolbeau-Mistassini et président d’Alliance forêt boréale, Pascal Cloutier, ne cache pas son amertume devant le résultat de l’élection. Il croit que l’argent investi pour organiser le scrutin a été gaspillé. Il aurait aimé que les débats sur la foresterie occupent une plus grande place durant la campagne électorale. 

C'est un rendez-vous manqué, dit-il, parce qu'on aurait voulu qu'il y ait vraiment un débat de fond sur l'industrie forestière et sur la volonté du gouvernement fédéral de prioriser cette industrie-là. Il n'y a pas rien eu là-dessus, mais c'est sûr que le gouvernement présentement qu'on a, l'industrie forestière, on la sent loin de leurs préoccupations.  

Avec des informations de Louis Martineau et Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !