•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : le projet de troisième lien en péril?

Esquisse du projet de tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis.

Le tunnel de 19,4 m de diamètre permettra l’aménagement de six voies de circulation sur deux étages.

Photo : Radio-Canada

La carte électorale a beau ne pas avoir beaucoup changé, la réélection d’un gouvernement libéral minoritaire n’est pas de bon augure pour les partisans du projet de tunnel entre Québec et Lévis.

Le projet du troisième lien est un peu affaibli ce matin par rapport à ce qu'il était il y a 24 heures, avance Jean Mercier, professeur associé au Département de science politique de l’Université Laval et coauteur d’un ouvrage sur le transport en commun à Québec.

Puisque le gouvernement libéral de Justin Trudeau devra vraisemblablement gouverner avec l’appui du Nouveau Parti démocratique (NPD), un parti ouvertement contre le projet de la Coalition avenir Québec, le financement d’Ottawa est loin d’être assuré, selon le professeur.

Si les libéraux fédéraux n'ont pas fait de promesse pendant la campagne électorale, ils en feront encore moins une fois réélus, du moins dans un rôle minoritaire.

Jean Mercier en entrevue.

Le politologue Jean Mercier a coécrit l'ouvrage « Comment survivre aux controverses sur le transport à Québec? »

Photo : Radio-Canada

Avant le déclenchement des élections, le premier ministre François Legault s’était adressé directement à Justin Trudeau pour lui demander d'assumer 40 % de la facture du tunnel. Contrairement au Parti conservateur, le gouvernement libéral a toujours refusé d’appuyer un projet autoroutier, mais s’est montré ouvert à financer la portion transport en commun. Tout indique que le PLC maintiendra sa position.

S’il y avait eu un fléchissement de la position anti-troisième lien, ça aurait eu lieu durant l'élection.

Une citation de :Jean Mercier, professeur associé au Département de science politique de l'Université Laval

En point de presse mardi, François Legault a affirmé que son gouvernement réalisera le projet même sans financement de la part d'Ottawa.

Mais je m’attends à avoir de l’argent du fédéral, a quand même ajouté le premier ministre.

Froid entre Québec et Ottawa

L’appui à peine voilé de François Legault au Parti conservateur durant la campagne électorale pourrait par ailleurs nuire au projet, selon Jean Mercier, du moins à court terme.

Évidemment, avec le temps, les deux gouvernements, connaissant leur intérêt à collaborer, le froid ne perdurera pas pour tellement longtemps. Sauf que [...] l’attitude peu enthousiaste [des libéraux] au projet va demeurer.

Mardi matin, le premier ministre du Québec a rédigé un court message sur Twitter pour féliciter Justin Trudeau. Je travaillerai avec lui pour faire avancer les intérêts du Québec, a-t-il écrit.

Les conservateurs, qui espéraient faire des gains dans la région de Québec grâce à leur position favorable au projet, n'ont pu que conserver leurs acquis. La nouvelle députée de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis, Dominique Vien, a affirmé qu'elle surveillerait de très près l'avancement du projet. Quant à Gérard Deltell, réélu dans Louis-Saint-Laurent, il ne regrette pas du tout que son parti se soit positionné en faveur du projet.

Des maires se questionnent

Le maire de Montmagny, Bernard Boulet, espère quant à lui que le projet pourra aller de l'avant malgré les différends entre Québec et Ottawa.

J’espère que ça ne nuira pas trop à cause que M. Legault a favorisé un peu plus le Bloc et les conservateurs. Un jour ils vont devoir s’entendre pour continuer à développer, déclare l'élu, qui croit que le projet de tunnel sera un atout pour le développement économique de sa région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !