•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kristina Michaud : une équipe déjà prête à relancer les dossiers

Kristina Michaud devant la Distillerie Mitis.

Kristina Michaud demeure députée fédérale dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La bloquiste Kristina Michaud, qui a obtenu une victoire convaincante dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia avec 60 % des voix, entend s’attaquer rapidement aux dossiers locaux qui sont restés en plan à la suite du déclenchement des élections.

Il s’agit maintenant, dit-elle, de poursuivre le travail. On sait ce qu’il faut prioriser. On n’a pas arrêté durant la campagne de répondre aux demandes des citoyens.

Kristina Michaud souhaite notamment mettre de l’avant le financement de certaines infrastructures régionales qui se fait attendre parfois depuis plusieurs années. On veut s’assurer qu’on ait les sommes dues pour la mise à niveau de nos infrastructures que ce soit le quai des Méchins, de Miguasha, de l’édifice fédéral à Matane ou le complexe aquatique [de Matane]. On a beaucoup de dossiers qu’on voudrait mettre à terme.

Il s’agit, selon la députée, de projets qui pourraient aider au développement, mais aussi à la relance économique de la région.

La députée souligne que la prochaine étape sera aussi de traverser les élections municipales, qui auront lieu le 7 novembre prochain. J’ai bien hâte de voir qui sera en place. Dans ma région, il y a beaucoup de gens qui étaient là, qui se représentent à nouveau. Ça facilitera peut-être le travail pour les dossiers qui sont en cours. Sinon, j’entendrai les priorités et on travaillera avec ça.

Kristina Michaud espère que le prochain mandat sera plus long que le dernier, qui n'aura duré que 22 mois. On a plongé la population dans une élection qui était non désirée, en temps de pandémie, à un moment où les cas augmentaient et tout ça, pour à peu près le même résultat.

La députée l’avoue, elle ne détesterait pas un mandat de quatre ans. On le sait, la machine fédérale est extrêmement lente et extrêmement compliquée. C’est long de changer des lois, changer des programmes et avoir les fonds nécessaires.

Puisque la députation du Bloc québécois à Ottawa demeure presque inchangée, la députée estime que son parti pourra continuer à défendre les intérêts du Québec avec la même force. Ce sera notre rôle de s’assurer que le Québec reçoive ce qui lui est dû.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !