•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de la moitié des logements à court terme non conformes aux règles de l’Î.-P.-É.

L'icône de l'application d'Airbnb

Ce rapport sur les logements à court terme à Charlottetown fait suite aux consultations publiques réalisées au printemps dernier.

Photo : Radio-Canada

Environ 58 % des locations à court terme à Charlottetown n’étaient pas enregistrées dans la base de données de Tourisme Île-du-Prince-Édouard, en 2019, selon un rapport du département d’urbanisme et du patrimoine de la ville. Le document fait aussi des recommandations sur la réglementation de ce type d’hébergement.

Les auteurs du rapport indiquent que seules 265 des 635 annonces de location du type Airbnb de la capitale insulaire étaient conformes à la législation provinciale.

Pour mettre une unité sur ce marché, une demande doit être faite auprès de Tourisme Île-du-Prince-Édouard qui décidera si un permis d'hébergement touristique sera délivré.

Le rapport conclut aussi que le nombre de maisons offertes sur le marché locatif de court terme a augmenté de 7,9 % entre 2018 et 2019.

Une croissance qui nuit à l’accès au logement à long terme, selon le document.

Un encadrement pour les unités

Les auteurs du rapport recommandent que les locations à court terme à Charlottetown soient limitées aux résidences occupées par leurs propriétaires.

Seules les chambres ou les pièces supplémentaires dans ces résidences pourraient ainsi être louées.

La location d’appartements pour de courts séjours serait, de cette façon, interdite.

Le rapport recommande également que la Ville de Charlottetown établisse son propre registre pour ce type de logement afin de mieux contrôler le nombre d’unités disponibles sur le marché.

Ce système serait ensuite intégré au système provincial déjà existant.

Le programme municipal de délivrance de permis d’hébergements serait en mesure de :

  • introduire des frais de permis annuels pour les plateformes proposant des logements à court terme ;
  • exiger que les hôtes obtiennent un permis ;
  • prévoir des exemptions spécifiques pour les autres fournisseurs d’hébergement, comme les hôtels, les motels et les chalets.

Une menace aux logements à long terme

Le document souligne aussi que les logements de type Airbnb menacent l’accessibilité au logement dans la ville.

Ce modèle de location encouragerait les gens à acheter des maisons pour les louer aux touristes plutôt que de les laisser à la disposition des locataires à long terme.

Le taux d’inoccupation à l’île reste l’un des plus bas au pays, à 2,6 % en 2020.

Ce rapport sur les logements à court terme à Charlottetown fait suite aux consultations publiques réalisées au printemps dernier.

Le document sera soumis au conseil municipal et au conseil d’urbanisme en octobre.

Une réglementation sur la matière devra être définie à cette occasion.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !