•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les élèves en isolement ne seront pas laissés derrière, dit le DSFS

Cahier d'école.

La présence du variant Delta — plus contagieux — force également la province à décréter de nouvelles mesures dans les écoles pour limiter la transmission de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Radio-Canada

L’émergence de 80 cas de COVID-19 dans plus de 20 écoles néo-brunswickoises depuis la rentrée 2021 force l’isolement de plusieurs élèves. Le District scolaire francophone Sud (DSFS) assure qu'en cas d'isolement forcé, chaque élève sera accompagné dans son apprentissage scolaire.

Sur les 199 nouveaux cas annoncés lundi au Nouveau-Brunswick, 57 sont des personnes âgées de moins de 19 ans.

Cette situation inquiète les parents dont l’enfant pourrait se retrouver en isolement à la maison pour différentes raisons : infection par le virus, contact rapproché d’une personne malade ou en attente d’un résultat de test de dépistage après l'apparition de symptômes.

La directrice générale du District scolaire francophone Sud, Monique Boudreau, est catégorique : aucun enfant ne sera laissé à lui-même.

Monique Boudreau à l'extérieur, cheveux au vent.

Monique Boudreau, directrice du District scolaire francophone Sud

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

On va certainement accommoder, dit-elle. C’est sûr que ça ne sera peut-être pas possible de se brancher en ligne s’il est absent pour une journée ou deux, mais, c’est sûr que l’élève ne sera pas pénalisée.

On va s’assurer de la poursuite des apprentissages.

Une citation de :Monique Boudreau, directrice générale du District scolaire francophone Sud

Lorsqu’un élève doit s’absenter pendant une plus longue période, des plans d'apprentissage sont mis en place selon l'année de scolarisation, en fonction de recommandations de la santé publique.

École à distance

Pour les plus grands, Monique Boudreau indique qu’un outil technologique sera remis aux élèves en isolement afin qu’ils puissent se brancher de 60 à 90 minutes par jour pour une rencontre de suivi avec le personnel enseignant.

Il peut y avoir des petites sessions aussi au cours de la journée, qui sont des petits groupes, des cliniques, des rencontres individuelles, énumère-t-elle. Toujours pour répondre au besoin de l’élève, puis assurer la poursuite de ses apprentissages.

Parallèlement, la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell soulignait lundi qu’un retard dans le processus de dépistage était enregistré, particulièrement dans la région de Moncton.

Elle demande au public de s’armer de patience.

Avec les informations de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !