•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats de Trois-Rivières gardent espoir en attendant un résultat

Des affiches d'Élections Canada indiquent la direction de l'entrée d'un bureau de vote.

Le taux de participation national est approximativement de 59 %.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

La lutte serrée dans la circonscription de Trois-Rivières se jouera mercredi après-midi lors du dépouillement des votes par la poste. Les candidats se sont échangés la tête de la course pendant la soirée et la nuit suivant le scrutin.

Mardi matin, seulement quelques dizaines de voix séparent les deux meneurs, René Villemure pour le Bloc québécois et Yves Lévesque pour le Parti conservateur.

L’ancien maire de Trois-Rivières estime que les votes auparavant accordés au NPD auraient été partagés entre les libéraux et les néo-démocrates. Le millier de voix données au Parti populaire auraient quant à eux grugé des votes aux conservateurs.

Il y a toujours des raisons, mais à la fin, ce qui compte, c’est le résultat. J’ai toujours dit: Quand tu finis premier, tu finis premier., affirme Yves Lévesque.

S’il n’est pas élu lors de cette seconde tentative, il ne souhaite pas se présenter aux prochaines élections. Je suis un peu comme Dominique Michel moi. Je dis ; non, non, non. Après ça on verra, blague-t-il au micro de l’émission Toujours le matin.

Yves Lévesque croit que l’avenir de son chef n’est pas décidé non plus. Erin [O’Toole] était un nouveau chef. Ce n’était pas évident. Il a le temps, je pense, de se préparer pour la prochaine [élection], en espérant qu’il n’y en aura pas dans 18 mois, souhaite le candidat conservateur.

Pendant la nuit, le candidat meneur pour le moment, René Villemure, se disait serein de voir les résultats aussi serrés. Chaque vote compte, c’est l’illustration parfaite de l’expression, déclare le bloquiste. En attendant le dépouillement des bulletins postaux, il aimerait prendre un peu de repos.

Même le candidat du Parti libéral demeure dans la course, alors qu’un peu plus de 800 voix le séparent de la tête. Selon les données d’Élections Canada, 3397 trousses de vote par la poste ont été acheminées aux électeurs trifluviens.

On n’a pas le choix d’y croire encore, déclare Martin Francoeur à la vue de ces données. Il estime que la décision de déclencher des élections a rendu les citoyens mécontents dès le départ.

L’ancien éditorialiste du Nouvelliste n’a pour le moment de plan pour son avenir professionnel. Je viens de vivre les 35 jours les plus intenses de ma vie. Je vais devoir prendre le temps pour un, connaître le résultat final, deux, retomber sur mes pieds, prendre un peu de repos et évaluer quelle sera la suite au niveau professionnel, peu importe le résultat, affirme-t-il au micro de Toujours le matin.

Une opération longue et délicate

Le dépouillement des bulletins de vote transmis par la poste doit débuter mercredi à 13 h 30 et les résultats pourraient être connus en fin de journée. Les scrutateurs doivent s'assurer qu'il n'y a pas de doublon. Leur travail est d'autant plus délicat à Trois-Rivières vu l'écart serré entre les candidats.

Ça m'ajoute une pression. Je sens que plusieurs personnes aimeraient connaître le résultat plus vite, affirme Robert Ricard, le directeur du scrutin à Trois-Rivières.

Il ajoute que certaines personnes qui participeront au dépouillement mercredi ont également travaillé ces derniers jours aux élections. Il faut qu'ils soient frais et dispos pour travailler, explique-t-il.

Au Canada, ce sont 18 circonscriptions qui doivent attendre le dépouillement du vote postal pour pouvoir déclarer un vainqueur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !