•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caribou de Charlevoix : un appel d’offres raté, des travaux reportés

Un caribou en plein air

Cette photo de caribou forestier a été prise le 9 mai, dans un sentier du secteur d'Arvida.

Photo : Gilles Morin

Considérés comme des autoroutes à prédateurs, dont le loup, des chemins forestiers devaient être démantelés cet été dans la Réserve faunique des Laurentides afin de donner un coup de pouce à la poignée de caribous de Charlevoix toujours en vie. Or le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a dû annuler le contrat et doit reporter ses travaux à l'an prochain.

Le caribou de Charlevoix est en péril et les biologistes qui s'y intéressent sont unanimes : restaurer son habitat est l'une des clés pour assurer sa survie. La fermeture de chemins forestiers, en partie responsables du dérangement de l'espèce, figure parmi les mesures à prendre pour y parvenir.

Devant le déclin rapide de la harde de Charlevoix, qui a atteint un creux de moins 20 animaux en 2020, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) espérait fermer entre 15 et 25 kilomètres de chemins, principalement dans la Réserve faunique des Laurentides et dans le parc national des Grands-Jardins, vaste territoire occupé par les derniers caribous.

Depuis 2020, le ministère a démantelé 8,8 km de chemins dans le parc national des Grands-Jardins.

Un chemin forestier enneigé

Les chemins forestiers favorisent le déplacement des prédateurs naturels du caribou, comme le loup.

Photo : Radio-Canada

Le travail devait se poursuivre dans la Réserve faunique des Laurentides. Le gouvernement a bel et bien octroyé le contrat, mais a dû l'annuler, incapable de respecter les délais qu'il s'était fixés.

Certaines précisions ont été apportées dans l’appel d’offres et un deuxième appel d’offres a été lancé le 5 juillet 2021, explique une porte-parole du ministère. À la suite de ce deuxième appel d’offres, des vérifications administratives ont dû être faites, engendrant des délais pour la signature du contrat.

Ces retards ont fait dérailler le projet. Le nombre de jours restants pour mener à bien les travaux, dont l'échéance était le 27 août, est devenu insuffisant. Le MFFP a donc dû annuler l’appel d’offres.

Période de la chasse

L'une des explications, selon le ministère, est que la période de la chasse à l'orignal, en septembre et octobre, arrivait à grands pas. Le MFFP a voulu éviter des dérangements imprévus qui auraient été causés par les travaux.

Après la chasse, il aurait été trop risqué d'aller de l'avant en raison des conditions météorologiques incertaines et de la possibilité de chutes de neige dans ces secteurs montagneux. En présence de neige, les travaux prévus ne peuvent être réalisés, selon le ministère.

Un caribou des bois.

Le caribou a perdu deux fois plus d'habitat qu'il n'en a gagné au cours des 12 dernières années.

Photo : Shutterstock

Les démantèlements ont donc été remis à 2022. Le MFFP assure qu'il va rattraper le temps perdu l'an prochain. Il prévoit de regrouper les travaux initialement prévus en 2021 avec ceux planifiés pour 2022 et publier un nouvel appel d’offres au cours des prochains mois, ajoute sa porte-parole.

D'autres délais

Ce n'est pas le premier retard accumulé dans le dossier des caribous de Charlevoix, réintroduits sur le territoire au début des années 70. Après le déclin observé en mars 2020, le MFFP espérait une mise en chantier rapide pour la construction d'un enclos de maternité au printemps 2021.

Le ministère a repoussé la mise en chantier de six mois après avoir pris la décision de placer toute la harde en captivité, et non seulement les faons et les femelles gestantes.

Le gouvernement ne doute pas de respecter les nouveaux échéanciers. La mise en chantier pour la construction de l’enclos a débuté le lundi 30 août 2021, soutient la porte-parole du MFFP. Pour un coût de 1,3 million de dollars, l'enclos doit être terminé au plus tard le 15 décembre. Les activités de capture des caribous et de mise en enclos sont prévues pour l’hiver 2022.

Des caribous dans un enclos se nourrissent dans un bac de bois.

La harde de caribous de Val-d'Or vit en enclos.

Photo : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Outre Charlevoix, la harde de Val-d'Or, ne comptant plus que six bêtes, est déjà en enclos. Les caribous montagnards de la Gaspésie, dont il reste environ 50 individus, auront aussi des enclos, mais seulement pour les femelles gestantes.

Le gouvernement Legault a aussi remis à 2022 la publication d'un plan de protection de l'habitat du caribou forestier, lequel devait être rendu public en 2019. Une méta-analyse a été commandée entretemps. Cette étude serait terminée, mais en cours de révision par des chercheurs indépendants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !