•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un scrutin fédéral qui n’a servi à rien, déplorent plusieurs élus de la région

En avant-plan, une affiche indiquant la direction d'un bureau de vote et, en arrière-plan, une file d'attente.

Les bureaux de vote étaient ouverts pendant 12 heures partout au pays. Les heures d'ouverture étaient variables selon la province.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Alors que les députés sortants des trois circonscriptions du Bas-Saint-Laurent conservent leur siège au parlement fédéral, plusieurs autres élus de la région se disent satisfaits, sans plus, des résultats de la dernière élection.

Pour plusieurs, ce scrutin, qui coûtera plus de 600 millions de dollars aux contribuables, s'est avéré inutile.

Tout ça pour arriver à un statu quo, ça n'a comme pas de sens, constate le député indépendant de Rimouski à l'Assemblée nationale Harold LeBel. Il déplore la tenue même des élections fédérales, mais se réjouit malgré tout des résultats du Bloc québécois, qui a réussi à maintenir une trentaine de sièges au Québec, dont ceux de Kristina Michaud et Maxime Blanchette-Joncas, réélus avec une forte majorité dans Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia et Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques.

Kristina Michaud.

La bloquiste Kristina Michaud peu de temps après son élection dans Avignon–LaMitis–Matane–Matapédia

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

L'élection, on ne l'aurait pas faite et on serait dans la même condition, constate également la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet.

À mon avis, la pandémie a créé énormément d'insécurité et les gens ont besoin de savoir que ce qui peut continuer va continuer. C'est pour ça qu'il n'y a pas de changement.

Une citation de :Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

Dans Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup, c'est aussi le statu quo.

Le seul conservateur à avoir été élu dans l'Est-du-Québec, Bernard Généreux, entame ainsi son quatrième mandat dans cette circonscription. Une lutte plus serrée était pressentie, mais la victoire a finalement été sans équivoque pour M. Généreux, qui a obtenu plus de 11 400 voix d'avance sur son adversaire bloquiste, Simon Bérubé.

C'est sûr qu'on aurait apprécié être du côté du pouvoir, c'est bien certain, mais on a quand même une très bonne écoute de M. Généreux, on sait qu'il connaît les petits problèmes qu'on peut avoir en région, indique la mairesse Vignet.

C'est quelqu'un qui connaît, je dirais, les défis entre la machine municipale et les différents paliers gouvernementaux et qui est bien conscient aussi que ça va pas toujours très très vite, affirme de son côté le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

Bernard Généreux en point de presse, le soir du scrutin.

Bernard Généreux, peu de temps après l'annonce de sa victoire

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Si M. Généreux a aisément réussi à garder son siège, son parti a cependant échoué à se faire élire à la tête du gouvernement. Les libéraux, de leur côté, ont aussi raté leur pari de devenir majoritaires au Parlement canadien.

Ma plus grande crainte, c'était l'élection d'un parti conservateur majoritaire, donc la situation actuelle est tout à fait O.K., a affirmé le maire de Rimouski, Marc Parent, au lendemain du jour du scrutin.

M. Parent rappelle que dans un passé pas si lointain, les conservateurs avaient diminué les budgets alloués à la recherche scientifique et presque entièrement évincé les questions touchant les changements climatiques.

À Rimouski, on pense à l'Institut Maurice-Lamontagne, à l'UQAR... je pense que c'est une excellente nouvelle que les conservateurs ne soient pas au pouvoir, explique le maire Parent.

Cependant, le fait que premier ministre du Québec, François Legault, ait fait part de sa préférence envers un gouvernement minoritaire conservateur pendant la campagne électorale pourrait nuire à la province, alors que les libéraux de Justin Trudeau restent au pouvoir, estime Harold LeBel.

Comment ça va être maintenant les relations entre le gouvernement Trudeau et le gouvernement Legault, j'ai hâte de voir, dit-il.

À l'issue du dévoilement du scrutin, François Legault a cependant félicité le chef libéral et a promis de travailler avec lui pour faire avancer les intérêts du Québec.

Entre-temps, les élus de la région se disent prêts à continuer leur collaboration avec les députés fédéraux pour faire avancer plusieurs dossiers, dont celui des logements sociaux.

Cette collaboration sera toutefois de courte durée pour plusieurs, puisque les maires des cinq principales villes du Bas-Saint-Laurent ont déjà annoncé qu'ils ne se représentaient pas aux élections municipales, qui auront lieu dans un peu plus de six semaines.

Avec la collaboration de Louis Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !